Ville de Fécamp

Ville du Domaine Royal Normand
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Histoires du quotidien...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Sam 21 Fév - 17:40

Une après midi de fin février



Matou était allée chercher, en début d'après midi, Mahaut chez Iseult la nourrice.Puis, elle était allée rendre visite à Shawenn. Le temps était assez incertain. de gros nuages s'étaient amoncelés dans le ciel masquant le soleil. Matou se hâta vers la maison avec sa fille dans les bras. Elle franchit le portail et sentit quelques gouttes de pluie. Mahaut tendit sa petite main vers l'enclos des moutons et d'Alambic. Matou secoua la tête:


Non ma chérie, on ira voir les moutons de papa après...il commence à pleuvoir...et puis, tu tombes de fatigue....tu vas faire un gros dodo avec ta nouvelle poupée!

La petite ne dit plus rien, serrant la poupée que lui avait offert Shawenn. Matou entra dans la grande pièce et fut heureuse de voir que Horloger était passé, certainement entre midi et deux, pour remettre une bûche dans la cheminée. Il régnait une chaleur bienfaisante. Elle enleva à Mahaut son petit manteau puis se débarrassa de sa cape. Elle changea l'enfant et la mit au lit. Elle resta un moment pour lui chantonner une berceuse en lui caressant la joue. Mahaut ferma les yeux et s'endormit rapidement.



Matou la regarda et laissa ses pensées vagabonder. Comme le temps avait vite passé...Mahaut avait déjà 8 mois. Brune comme sa maman, elle avait les yeux verts de son papa. Ses cheveux bouclés encadraient son visage. Matou aimait la coiffer...en revanche Mahaut n'appréciait qu'à moitié. Elle avait déjà 4 petites dents. Cela s'était fait dans la douleur que Matou avait tenté d'apaiser avec des tisanes données par Deedee.
Mahaut était une enfant d'humeur joyeuse la plupart du temps mais elle avait déjà son petit caractère et savait ce qu'elle voulait. Quand Matou lui présentait quelque chose qu'elle ne voulait pas, elle secouait la tête et pinçait les lèvres. Elle était à un âge où tout l'intéressait: un vieux papier, un visage humain, un arbre qui bouge dans le vent...
Depuis peu, elle s'amusait à examiner ses jouets en les faisant tourner avec ses mains. Elle se concentrait de plus en plus sur un seul objet à la fois et pouvait passer de longs moments à babiller avec sa poupée ou son doudou. Cela les avait fait souvent éclater de rire, elle et Horloger.

Quand quelque chose l'étonnait ou lui plaisait, elle la montrait du doigt et attendait que ses parents lui montrent l'objet. Horloger, plus patient que Matou, passait de longs moments à lui parler de tout et de rien, à lui expliquait des choses qu'elle écoutait sans comprendre surement mais avec beaucoup de sérieux. Elle adorait son père et il fallait voir comme elle battait des mains et riait quand il rentrait. Il lui avait fait découvrir la neige, lui avait montré ses moutons, l'avait emmené voir un spectacle de troubadours.

Matou, quant à elle, préférait lui raconter des histoires et lui chanter des comptines.
Ils avaient appris à Mahaut des jeux comme se cacher, faire les petites marionnettes, construire une tour avec des cubes de bois que Tuck lui avait fabriqués. Des trois, on ne savait pas lequel s'amusait le plus. parfois, Matou regrettait de ne pas avoir plus de temps à consacrer à sa petit puce. Elle grandissait si vite.
Elle se souviendrait toujours de ce jour, il n'y a pas si longtemps, où elle avait prononcé distinctement "papa". Horloger l'avait prise dans ses bras,Matou avait vu qu'il était ému et que ses yeux brillaient. La petite avait passé ses bras autour de son cou et avait répété "papa"en lui faisant un bisou.

Il arrivait de temps en temps qu'elle fasse une colère ou qu'ils soient obligés de lui dire "non". Ainsi, fascinée par le feu, elle avait voulu à plusieurs reprises s'en approcher. Horlo avait pris sa petite main et l'avait approchée de la flamme en lui disant:


Attention, Mahaut, c'est chaud...

Et pour plus de sureté, il avait fabriqué dans sa forge un pare-feu en fer forgé.

Matou regarda l'enfant endormie et esquissa un sourire. C'était une petite fille calme et souriante. Cependant, depuis quelques jours, elle allait à quatre pattes et il fallait toujours avoir un oeil sur elle. dès qu'elle pouvait s'agripper à quelque chose pour se hisser sur ses petites jambes, elle le faisait avec une grande énergie. Matou pensait qu'elle ne tarderait pas à se lancer pour marcher.

Elle sortit doucement de la chambre et s'installa devant la cheminée. Elle profitait pleinement de ce bonheur, pensant à d'autres qui n'avaient pas leur chance. Elle remerciait chaque jour Aristote de la vie qu'elle avait.


Dernière édition par matouminou le Mar 3 Mar - 3:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 22 Fév - 21:26

Matou avait décidé de refaire sa garde robe...Elle était hésitante et avait besoin de l'avis de Horloger pour les couleurs: Elle décida d'emprunter quelques vêtements et de les essayer.
Horloger ne tarda pas à rentrer. Elle se jeta dans ses bras et lui dit en riant:


Mon petit mari chéri...j'ai besoin de ton avis...viens....

Elle lui prit les mains, l'entraina vers le fauteuil, le fit assoir bien confortablement et lui servit un verre de calva, puis elle alla chercher la pile de vêtements empruntés:

Voilà...tu dois me dire ce qui te plait le plus....

Elle se déshabilla et enfila la première tenue, puis les suivantes:



Dernière édition par matouminou le Mar 3 Mar - 3:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Mer 25 Fév - 2:30

Elle poursuivit sous l'oeil attentif de Horloger qui, il lui sembla, pétillait plus quand elle se déshabillait. Elle lui sourit:



Chéri tu me dit vraiment ce que tu en penses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Mer 25 Fév - 2:53

Elle enfila la dernière tenue en rigolant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 8 Mar - 2:14

Horloger avait regardé les différents essayages avec intérêt, d'autant plus que les essayages de Matou étaient très...instructifs! Après avoir fait différentes moues concernant certains vêtements, Horlo sourit à Matou, et lui dit:

"Chérie, mes tenues préférées sont la 1, la 3 et la 6. Les autres sont...disons d'abord que je n'aime pas le gris...ensuite, la jaune et noire, même si tu as une taille de guêpe, je trouve que ça fait vraiment trop abeille...non, le noir allant avec tout, je confirme mes choix!"

Horlo enlaça Matou, et l'embrassa avec fougue. Puis il ajouta:

"Cela dit, la tenue qui te va le mieux, c'est la tenue d'Eve!"

En riant, il l'entraîna dans la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 8 Mar - 2:45

Une après-midi ensoleillée du mois de mars

Horlo avait décidé de garder Mahaut avec lui, cette après-midi. Matou avait une réunion importante à la Maréchaussée, et il se dit que ce serait une bonne occasion d'emmener la petite à la forge le matin, et dehors, à l'air libre, l'après-midi. Après avoir fait la douane, le matin, il avait récupéré Mahaut chez Yseult, et l'avait emmenée avec lui, dans sa forge. Tricet lui ayant racheté un couteau, après que le sien se fut brisé, Horlo n'en avait plus d'avance. Il poussa la porte de sa forge, Mahaut sur son bras, et sa besace sur l'épaule. Il avait glissé dedans une bouteille d'eau, et quelques quartiers de pomme, au cas où Mahaut aurait soif ou faim. Il avait refermé la porte, et Mahaut avait désigné la forge en disant "Heu! Heu!" Horlo avait ri, et acquiescé: "Oui ma chérie, c'est le feu! Et Papa va s'en servir pour forger des couteaux!"
Disant cela, il avait posé Mahaut à un endroit suffisamment éloigné du foyer pour qu'il ne lui arrive rien, mais bien en vue, afin qu'elle puisse voir le feu.
Horlo alluma le foyer, et quelques instants aprés, une belle flambée s'éleva dans l'âtre. Mahaut battit des mains, et tout en la surveillant du coin de l'oeil, Horlo avait rempli un seau en prévision de la trempe des lames, attendant que les flammes se transforment en braises rouges. Il avait ensuite forgé 3 lames, battues sur l'enclume; Mahaut avait crié lorsque le marteau avait frappé le métal, mais Horlo lui avait expliqué qu'elle n'avait rien à craindre, et lui avait montré le métal avant et après. La petite avait préféré jouer avec sa poupée, qu'elle avait tenu à emporter elle-même.
Lorsque cela fut fait, Horlo laissa mourir le feu, et disposa les couteaux sur l'établi; il passerait les récupérer le lendemain. Pour l'heure, il était midi passé, et Mahaut et lui avaient faim. Il vérifia d'un coup d'oeil circulaire que tout était en place dans la forge, que le feu mourait tranquillement, puis il prit sa besace, donna à boire à Mahaut, la prit sur son bras, et tous deux sortirent de la forge. Horlo donna un tour de clef, et quelques minutes plus tard, ils étaient de retour à la maison. Horlo prépara quelques légumes agrémentés de viande, qu'il donna à manger à Mahaut; celle-ci avala tout, but encore, puis commença à se frotter les yeux. Il était l'heure de sa sieste. Horlo la coucha, tira les rideaux, et quelques instants plus tard, Mahaut dormait. Horlo en profita pour commencer à préparer quelques outils, dont il aurait besoin plus tard pour couper du bois. De temps à autre, il passait sa tête par l'entrebaîllement de la porte, vérifiant que Mahaut dormait. Les outils prêts, il rentra, et s'assit dans un fauteuil. Il ne tarda pas lui non plus à s'endormir, juste quelques minutes, mais qui lui firent du bien. A son réveil, Mahaut dormait toujours. Il ne voulait pas la réveiller, et attendit tranquillement la fin de sa sieste. Elle babilla, et Horlo la sortit de son lit. Il lui donna à boire, et, le temps étant doux, lui mit son petit mantel, et prit une couverture qu'il installa sur l'herbe, sous le pommier près de la maison. Tandis qu'elle s'amusait à regarder les brins d'herbe, Horlo rassembla les bûches déjà coupées, puis les rentra, à l'aide de la brouette. Mahaut battit des mains, et Horlo compris ce qu'elle voulait. Il rentra plusieurs brassées de bûches, suffisamment pour voir venir, et posa la couverture de Mahaut dans la brouette, puis Mahaut dessus. Et tout doucement, il la promena aux abords de la maison, allant voir les moutons, et Alambic, qui broutait non loin. Mahaut était aux anges, et criait de joie. Après plusieurs tours de brouette, il fallut songer à rentrer. Le frais tombait encore vite.
A l'intérieur, Horlo changea Matou, et la mit en tenue de nuit. Il lui donna quelques légumes, puis la coucha, non sans lui faire un gros bisou de la part de sa maman. Et lorsqu'elle fut endormie, il souffla la bougie, donna un tour de clé, et se mit au lit, lui aussi. Il pensa à sa femme qui était retenue par sa réunion, et sourit en se disant qu'ils se retrouveraient le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 29 Mar - 17:37

Une après-midi ensoleillée de fin mars

Horloger avait décidé de rentrer plus tôt, cette après-midi. Il avait achevé la forge de plusieurs couteaux, et en avait suffisamment d'avance pour pouvoir fournir d'éventuelles commandes. Il avait donc décidé de fermer sa forge, et de rentrer. L'air clair de cette après-midi était vraiment quelque chose dont il fallait profiter. Certes, on allait vers les beaux jours, mais autant déjà emmagasiner du soleil, chose dont l'hiver avait privé tout le monde.
En arrivant, il vit Matou et Mahaut occupées à s'amuser sous le pommier. Il s'approcha sans faire de bruit, mais Mahaut, qui l'avait vu, cria "Papa! Papa!" et chercha à courir vers lui; elle trébucha, heureusement dans l'herbe, et Matou la releva en souriant. La petite chouinait un peu, mais après que sa maman eut déposé un baiser sur son genou et soufflé dessus en la consolant, elle rit de plus belle. Horlo la prit dans ses bras, lui faisant un gros bisou, puis embrassa tendrement sa femme. Il déposa ensuite sa besace sur la table de la maison, puis ressortit et jeta un oeil sur le tas de bois. Il avait bien diminué...il en rentrerait certainement, mais avant, il voulait voir si les tailles d'hiver qu'il avait faites avaient été bénéfiques. Il prit la main de Matou, et, portant Mahaut, tous trois allèrent regarder si le pommier repoussait. Et effectivement, de petites pousses se faisaient jour; les bourgeons sortaient! Horlo les montra à Mahaut, en disant:


"Tu vois, bientôt, ici, il y aura des pommes!" Mahaut répéta: "Pommes?" Matou et Horlo éclatèrent de rire, et Matou lui dit: "Oui, ma chérie, des pommes que l'on pourra manger, ou que maman fera en tartes!"

Horlo sourit, et ajouta: "Est-ce que tu aideras maman à faire des tartes?"

La petite sourit, et se mit à rire. Ils continuèrent le tour du potager; les semis, eux aussi, poussaient correctement. EN soirée, Horlo leur verserait un petit arrosoir. Il avait plu récemment, mais pas suffisamment pour bien arroser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 29 Mar - 19:35

Cette après midi là, Matou avait fini de tondre les moutons de Horloger assez tôt, aussi décida-t-elle d'aller chercher Mahaut sans tarder. Elles profiteraient toutes les deux du relatif beau temps pour aller dans le jardin.
Elle remercia la nourrice en se disant qu'il faudrait qu'elle lui apporte quelques légumes. C'était une personne en qui ils pouvaient avoir confiance et qui ne ménageait pas ses efforts. Elle adorait Mahaut et celle ci lui rendait bien. Elle et Horlo étaient conscients de la chance qu'ils avaient.
Avant d'aller dans le jardin, Matou changea sa fille et lui donna un morceau de pain avec un peu de confiture. La petite en raffolait. Puis, elle la prit par la main et elles sortirent. Mahaut marchait de mieux en mieux et elle avait découvert qu'elle pouvait aussi courir ce qui donnait lieu à quelques chûtes sans gravité cependant. Matou la vit s'accroupir vers une pierre et s'approcha d'elle. Elle regardait, fascinée, des fourmis. Matou sourit. La petite était à une période où tout l'intéressait. Mahaut leva les yeux vers elle et lui demanda:


Quoi ça?

Ce sont des fourmis ma chérie. Elles sont toutes petites et y en a beaucoup....Il ne faut pas les embêter, tu sais....

Matou la prit par la main et elle se dirigèrent vers l'enclos des moutons. Ils avaient grossi et l'un d'entre eux bêla comme pour leur dire bonjour. Mahaut éclata de rire et l'imita. Alambic qui était à l'autre bout du pré, fit entendre un joyeux hennissement et il continua de brouter tranquillement.
Puis, elles se dirigèrent vers le pommier. Il avait plu la veille, et le sol était encore bien humide. Il n'était pas question de s'assoir. Matou s'amusa à se cacher derrière l'arbre. Manifestement, ce jeu plaisait beaucoup à l'enfant. Soudain, elle cria: "Papa, Papa". Matou se retourna et vit arriver avec joie Horloger. Mahaut courut vers lui et trébucha. Matou la releva et lui fit un bisou sur le genou endolori. Puis, Horloger la prit dans ses bras. Matou embrassa son mari avec douceur, heureuse qu'il ait pu se libérer plus tôt. Ils revinrent au pommier et Horlo leur montra les petits bourgeons qui annonçaient des fruits. Ils firent ainsi le tour du jardin. La nature se réveillait doucement, laissant présager un beau printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 5 Avr - 19:44

Mahaut en barque

Horlo avait quitté la maisonnée de très bonne heure, ce matin-là. Il avait une réunion importante à la douane; de ces réunions espacées mais régulières, et qui prennent du temps. Il s'agissait de compulser les registres, afin de les mettre à jour. Etant donné qu'il ne comptait pas y passer la matinée, il avait dit à Matou qu'il se lèverait plus tôt, et le ferait le plus tôt possible, afin d'avoir le reste de la journée disponible.
Horlo avait refermé la porte à clef, en veillant à ne pas réveiller Matou ou Mahaut. Il avait déposé un baiser sur l'épaule de Matou, en se levant, puis avait fait un bisou sur le front de Mahaut endormie en partant. Il songea, une fois de plus, qu'il avait une chance inouie, et remercia Aristote pour ces deux magnifiques présents qu'étaient sa femme et sa fille.
La réunion à la douane fut assez vite expédiée. Chaque douanier faisait son travail correctement, ce qui limitait les risques d'erreur; de plus, ils tenaient eux-mêmes les registres de leur ville très à jour, ce qui simplifiait considérablement le travail d'Horlo, et limitait les risques d'erreurs. Bien sûr, il pouvait arriver qu'un douanier ait un empêchement pour faire le rapport de guet, auquel cas, c'est Horlo qui le remplaçait, mais dans l'ensemble, tout se passait très bien.
Une fois le travail de douane terminé, Horlo décida d'aller pêcher. Il comptait manger un peu de poisson; et en faire également profiter sa femme et sa fille. le poisson était une denrée abondante à Fécamp, et Horlo ne renâclait jamais à mettre la barque à l'eau. D'autant plus qu'aujourd'hui, il comptait faire une surprise à Mahaut: la faire monter dans la barque!
Il referma la porte de la douane, et en quelques minutes fut sur la plage. Il avisa sa barque, largua l'amarre, et mit sa besace dans la barque. Il enleva ses chausses, et poussa la petite embarcation à l'eau; quelques instants plus tard, il ramait silencieusement, faisant naître au bout des rames des perles d'eau scintillantes dans le jour naissant.
Il eut, ce matin-là, de la chance. Il avait parcouru plusieurs coins de pêche, et avait jeté son filet à plusieurs reprises; il avait très vite remonté un turbot. Il s'estima satisfait; ce poisson était assez rare, et savoureux. Il rama en direction de la plage, saluant de la main quelques pêcheurs qu'il croisait. Même sans se connaître, les pêcheurs s'adressaient toujours un signe de la main, une sorte de reconnaissance tacite entre eux, de partager le monde de la mer.
Horlo rangea les avirons à 10 pieds du rivage, et sauta à l'eau. Il hissa la barque sur les galets, puis l'amarra; enfin, il sortit le poisson du filet, et mit celui-ci à sécher. Il n'y avait nul voleur ici; les pêcheurs se respectaient trop pour voler un filet. Horlo prit le poisson encore frétillant, et lui cassa la tête d'un coup de manche. Il n'y avait que cette solution pour que le poisson ne souffre pas. Puis il s'approcha du rivage, et ouvrit le poisson à l'aide d'un couteau qu'il avait spécialement forgé à cet usage. Il avait une lame courte et fine, mais très affûtée. Il jeta les viscères dans l'eau; d'ici 10 minutes, les mouettes auraient nettoyé tout çà. Puis il rinça le poisson dans l'eau de mer, et le mit dans un seau. Il remonta sur la plage, remit ses chausses, et se dirigea, seau et besace en mains, vers la maison.
En arrivant, il eut la surprise d'entendre carillonner les cloches. Il posa le seau dans la maison, à l'ombre; il ne risquait rien. Matou se jeta à son cou; il l'enlaça et l'embrassa avec fougue; puis lui fit remarquer que c'était la messe. la messe! Il n'y en avait plus à Fécamp depuis belle lurette! Ils se préparèrent en hâte, prirent Mahaut avec eux, et le temps de fermer la maison, ils étaient sur le chemin de l'église.
La messe fut simple et émouvante. Ils saluèrent quelques amis sur le parvis; sans oublier Elyena, puis rentrèrent. Horlo avait une surprise pour Mahaut...

[A suivre]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Jeu 14 Mai - 11:07

Lorsqu'ils revinrent de la messe, Mahaut commença à jouer avec sa poupée. Mais Horlo avait une surprise pour elle. Il s'agenouilla, et, lui caressant les cheveux, lui dit:

"Dis-moi, tu aimerais venir dans la barque de papa?"

Mahaut le regarda, puis battit des mains en riant. "Oui, la barque, la barque!"

Matou sourit, et Horlo ajouta:


"C'est d'accord, mais auparavant, nous allons manger. Il fait grand faim!"

Tandis qu'Horlo préparait le feu dans la cheminée, Matou prit le poisson ramené par Horlo. Elle coupa également quelques légumes, pour l'accompagner, puis les fit revenir dans une poele. Une fois qu'ils furent dorés, elle mit le poisson dans la poele, et il fut frit en un rien de temps. Horlo, pendant ce temps, avait installé Mahaut sur sa petite chaise, à table. Celle-ci battait des mains, autant de faim que d'excitation à l'idée d'aller dans la barque. Matou et Horlo s'attablèrent, et dégustèrent le repas confectionné par Matou; le poisson et les légumes étaient délicieux. Matou prépara un petit morceau de filet du poisson, et Mahaut le mangea de bon appétit, avec quelques légumes. Puis, le repas fini, Mahaut joua encore avec ses poupées, tandis que matou et Horlo débarrassaient la table, et nettoyaient les quelques écuelles et godets à l'aide d'eau fraîche puisée au puits.
Lorsque tout le monde fut prêt, ils sortirent, fermèrent la porte à clef, puis se dirigèrent vers la plage. Le temps était légèrement couvert, mais on sentait que le soleil ne demandait qu'à sortir. Mahaut était impatiente, et aurait presque couru, si sa maman ne l'avait pas retenue par la main. Ayant une idée, Horlo prit Mahaut dans ses bras, et décida tout d'abord de la mettre dans la barque, mais en restant sur la plage. Ainsi, si elle était peu tranquille, il serait inutile d'aller plus loin. Il posa Mahaut entre la traverse de bois faisant office de banc, et le fond de la barque, tandis que Matou tenait les mains de Mahaut. Celle-ci décida de s'assoir, et dit:
"A la mer!" Matou et Horlo éclatèrent de rire, et, tandis que Matou prenait Mahaut dans ses bras, Horlo mit la barque à l'eau. Il monta dedans, et Matou lui fit passer Mahaut. Il l'installa bien confortablement; Matou avait eu la présence d'esprit d'emporter une couverture; Mahaut s'assit dessus, et Matou lui fit un gros bisou, tout en disant "soyez prudents!" Horlo l'embrassa avec passion, la rassurant et lui disant qu'ils n'iraient de toute façon pas loin, puis il souqua sur les rames, et s'éloigna lentement du bord. Il comptait rester près du bord, et ne ferait que quelques longueurs, dans le sens parallèle à la plage. Mahaut criait "Bravo, papa!" Il sourit, et fit un signe à matou, restée au bord; celle-ci lui rendit son signe; et après quelques minutes, il décida de revenir vers la plage. Il accosta, et tandis que Matou s'approchait d'eux, il dit à Mahaut:

"Que dirais-tu si maman venait avec nous?"

La petite fille battit des mains, et Horlo aida Matou à embraquer; puis, en quelques coups de rame, ils s'éloignèrent de la plage, dans un scintillement de perles d'eau laissées par les rames...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 31 Mai - 19:05

Matou se mit à rire devant l'enthousiasme de Mahaut. Depuis le temps qu'elle attendait cette promenade en barque. Elle la prit dans ses bras, le temps que Horloger prépare la petite embarcation. Elle l'avait chaudement habillée. Il faisait frais au bord de mer. Et le petit vent qui soufflait n'arrangeait rien. Elle ne put s'empêcher de dire à Horloger d'être prudent et s'en voulut un peu. Il ne faisait jamais rien sans être sur que ça ne représentait aucun danger surtout quand il s'agissait de sa fille. Elle posa l'enfant sur le sable en lui recommandant de ne pas bouger. Puis, elle ôta ses chausses et aida son mari à pousser la barque à l'eau, tressaillant en sentant l'eau froide enserrer ses chevilles. Puis, Horloger grimpa dans la barque et elle lui tendit l'enfant.

Reste bien assise ma chérie. Tu écoutes attentivement papa, d'accord??

Mahaut hocha la tête avec un grand sourire. Elle était confiante. Horloger commença à ramer doucement et ils s'éloignèrent du bord, sans toutefois aller très loin. Elle entendit Mahaut crier de joie et leur fit un signe de la main.
Puis, Horloger ramena la barque sur le rivage, il sauta prestement sur le sable et dit à Mahaut:


"Que dirais-tu si maman venait avec nous?"

Mahaut acquiesça en battant des mains et Matou, aidée par son mari, monta à bord.
Mahaut se blottit contre elle et Horloger s'installa en face et lentement avec des mouvements amples et précis, il se mit à ramer.
Ils échangèrent un sourire, heureux de profiter de ce moment tous les trois. La mer était limpide et le soleil la faisait scintiller. Quelques mouettes tournoyaient dans le ciel. De temps à autre, l'une d'entre elles piquait vers la mer et attrapait un poisson. Mahaut voulut mettre sa main dans l'eau. Matou se demanda si c'était une bonne idée. Horloger cessa de ramer et en tenant l'enfant, il l'aida à se pencher afin qu'elle puisse toucher l'eau.


Fais attention, mon coeur...tiens la bien...
ne put -elle s'empêcher de murmurer.
Horlo lui fit un clin d'oeil et lui répondit:

Pas de souci chérie, elle est solide cette barque et elle ne chavirera pas comme ça....et puis elle en a vu d'autre, tu sais!!

Elle se mit à rire et en lui rendant son clin d'oeil, elle répondit ingénument:


Oui, elle a affronté des tempêtes!!!


Mahaut s'amusa à les éclabousser en riant.
Ils restèrent un moment éloignés du bord. Derrière eux, Fécamp resplendissait sous le soleil. On pouvait apercevoir le phare de Jobart se dressait majestueusement. Quelques pécheurs partaient pour la journée sans doute.
Mahaut éternua, le temps s'était un peu rafraichi. Ils décidèrent de rentrer.
En arrivant au bord, Horloger sauta le premier à terre, Matou lui tendit Mahaut puis le rejoignit. Pendant qu'il tirait la barque au sec, Matou et mahaut ramassèrent quelques coquillages échoués, ici et là, sur la plage. Horloger les rejoignit, il prit sa fille et la mit à califourchon sur ses épaules à la grande joie de l'enfant, puis il attrapa la main de Matou et ensemble, ils rentrèrent chez eux, heureux de cette belle balade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 7 Juin - 16:34

En cette après-midi de dimanche, Horlo avait prévu de faire une surprise à Mahaut. Celle-ci grandissait, pas à vue d'oeil, mais pas loin, et son petit lit de bébé ne lui convenait plus. Il était déjà loin, le temps où Matou et Horlo s'occupaient d'elle comme un petit bébé...elle n'avait plus besoin de lit à barreaux, depuis longtemps; et son lit était désormais trop petit.
Horloger avait déposé Mahaut chez Yseult, sa nounou; elle adorait jouer avec Jeanne, la fille d'Yseult. Matou, de son côté, avait une réunion tout l'après-midi; Horlo avait donc décidé de remplacer le lit de sa fille cet après-midi, profitant de l'absence des deux femmes de sa vie. Il avait récupéré des branches d'un pin, qui avait été déraciné lors de la tempête du début d'année, et les avait coupées. Puis il avait enlevé l'écorce, à l'aide d'une hachette; sommairement, puis à l'aide d'un rabot, il avait égalisé du mieux possible les branches, et les avait préparées. Elles étaient à l'abri, dans la remise, depuis le début d'année, afin de sécher, et de ne pas risquer de se déformer.
Il sortit, et alla à la remise. Il prépara les différentes branches, d'assez gros diamètre, qu'il avait laissé sécher; Horloger avait dans l'idée de faire un lit un petit peu spécial; avec une sorte de baldaquin, comme dans les maisons seigneuriales, mais avec un côté rustique. Il avait réalisé un plan, sur un parchemin; cela ne semblait pas très compliqué.
Il rassembla ses outils, et commença. Il mit les branches à longueur, à l'aide d'une scie et d'une toise; puis il prépara des chevilles en bois, qui serviraient à l'assemblage. Il commença par réaliser l'assemblage du cadre inférieur; auquel il rajouta les pieds. Puis il fixa les montants verticaux. Il s'épongea le front; non qu'il fasse chaud, mais le soleil sortait par intermittence, et lorsqu'il sortait, on sentait que c'était un soleil de juin, ardent et vif! Horlo posa les outils sur l'herbe, et alla puiser un broc d'eau fraîche au puits. Il se désaltéra, en regardant le jardin qui jouxtait leur maison. Celui-ci comprenait deux poiriers, un cerisier, et un prunier. Ils avaient déjà fait une razzia sur les cerises; les prunes et les poires grossissaient lentement. Il espérait qu'il y en aurait quelques-unes, afin que Mahaut puisse en découvrir le goût, comme elle avait fait avec les cerises; bien que, concernant les cerises, elle avait fait davantage que les goûter!
Une fois désaltéré, Horlo se remit au travail. Il ne resta plus qu'à assembler le cadre supérieur, et à le fixer aux montants. Un petit moment après, le lit fut terminé. Il ouvrit la porte d'entrée, et le tira jusqu'à la chambre de Mahaut; il plaça dessus le matelas que matou avait acheté au marché, quelques jours auparavant, et regarda le résultat.




Il mit ensuite le dessus de lit, et sourit. ma foi, il n'était pas mécontent du résultat...il espérait que cela plairait à Matou et à Mahaut!

Il sortit, et alla ranger les outils dans la remise. Puis il s'accorda une petite pause, et fit un tour dans le jardin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Mar 29 Sep - 13:21

UNE FIN D'APRES MIDI BIEN TRANQUILLE

La journée se termine, moment de calme...Matou venait juste de rentrer avec Mahaut. Horlo, lui, ne rentrerait pas avant un bon moment, sa fonction de procureur lui prenait beaucoup de temps. Cependant Matou dut reconnaitre que son inquiétude du départ avait disparu. Elle avait tellement redouté qu'il ait moins de temps pour sa famille. Et pour elle, c'était tellement important.
Elle coupa une pomme pour Mahaut et la regarda l'engloutir. Elle sourit et la sermonna un peu:


Ma chérie, on dirait que tu es une pauvre petite fille affamée...prends des petits morceaux et mâche bien...

C'est que j'aime tant les pommes de notre jardin, maman!

La petite fille eut un rire malicieux. Matou la regarda le coeur en joie. Mahaut était une enfant volontaire et pleine de vie. Elle avait son petit caractère et de temps en temps son visage se renfrognait, mais très vite, elle se rendait à l'évidence. Ses parents n'aimaient pas les caprices et les exigences larmoyantes. La politesse était de rigueur, le respect aussi. Cependant, elle n'avait pas la langue dans sa poche, elle avait aussi la spontanéité des jeunes enfants. Il faudrait plus tard lui apprendre à ne pas toujours dire ce qu'on pensait ou du moins à y mettre les formes et à être diplomate. Pour ça, Horloger serait un excellent conseiller.
L'enfant termina sa pomme et se mit à bailler, veillant à mettre sa main devant sa bouche, geste que Matou apprécia.


Ma fille chérie, il me semble que tu es fatiguée! Et si je te racontais une petite histoire?


Mahaut battit des mains et grimpa sur les genoux de sa mère. Matou se mit à réfléchir...Elle se rappela d'une jolie histoire que lui racontait sa grand mère lorsqu'elle était enfant. Elle devait être à peine plus âgée que Mahaut. Elle serra l'enfant dans ses bras, lui caressa la joue tendrement et commença:

C'est l'histoire d'un chevreau bien obéissant:



Mahaut leva les yeux vers elle et demanda:

C'est quoi des gens mal tentionnés, maman?


Matou sourit et lui expliqua:

Mal INtentionnés ma chérie...et bien ce sont des gens qui ne sont pas gentils, qui veulent faire du mal...


Puis, elle poursuivit:



Matou s'arrêta de parler, laissant le temps à Mahaut de réagir. L'enfant passa ses bras autour de son cou et lui dit:

je suis presque aussi obéissante que ce petit chevreau, hein maman? J'ouvre parfois la porte mais tu es là ou papa...

La jeune femme hocha la tête:

Ce qu'il faut bien que tu comprennes ma chérie, c'est que si, un jour tu es seule...mais tu es encore trop petite, et bien, il ne faudra pas ouvrir, jamais! même si tu crois reconnaitre une voix amie....

Elle la serra contre elle un peu plus fort. Elles s'embrassèrent tendrement. Dans la cheminée, le feu crépitait. Doucement; Matou sentit Mahaut se faire lourde dans ses bras. Puis, elle sut qu'elle s'était endormie, entendant sa respiration régulière. Elle ferma les yeux à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Dim 18 Oct - 20:24

Un dimanche d'octobre ensoleillé

En ce dimanche, en revenant de la messe célébrée par Elyena, Matou et Horlo, main dans la main, marchaient derrière Mahaut, qui, comme à son habitude, gambadait joyeusement sur le chemin, n'hésitant pas à sauter par-dessus les fossés. Le temps était exceptionnellement doux, en cette mi-octobre, et le soleil avait brillé toute la journée. Bien sûr, les matinées et les soirées étaient encore bien fraîches, c'est pourquoi Horlo avait annoncé à Matou que, dans l'après-midi, il fendrait et rentrerait du bois. Pouvoir faire une flambée dans leur cheminée était un luxe que Matou et Horlo appréciaient tous deux, et que dire de Mahaut, qui adorait le feu? Matou et Horlo l'avaient bien mise en garde contre ses dangers, aussi n'avait-elle pas la permission de passer entre le pare-feu, que Horlo avait forgé, et l'âtre.

Tandis qu'il annonçait à Matou que son après-midi serait consacrée à rentrer des bûches, Mahaut se retourna, et dit:

"Et moi? Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire?"

Ses parents la regardèrent, amusés; Elle avait une grande facilité à user et abuser de la comédie, et n'importe qui, la voyant ainsi, ses yeux implorant, aurait pu tomber dans le panneau. Matou sourit, et lui dit:

"Si tu veux, nous pourrions planter des bulbes! J'en ai acheté au marché, il n'y a pas longtemps, et c'est la bonne saison pour les planter!"

Horloger acquiesça, et Mahaut dit, soudain guillerette:

"D'accord, maman, mais c'est quoi des ...bulles?"

Matou et Horlo la reprirent en riant. "Des BulBES", chérie!" et Matou ajouta:

"ce sont des sortes de racines, qui donneront plus tard, au printemps, des fleurs. Il y aura des tulipes, des jonquilles..."

A ces mots, Mahaut sauta de joie, et commença à courir en criant:


"Chouette, on va planter des fleurs!"


Du reste, leur maison était en vue, et quelques instants plus tard, Mahaut et Matou étaient en tenue de jardinage, et Horlo allait chercher sa hache dans l'appentis. Matou lui dit:

"Chéri, pourrais-tu me ramener la petite bêche?"


Il acquiesça en souriant, et quelques instants après, il tendit la bêche à Matou. Mahaut, de son côté, portait un petit panier avec quelques bulbes dedans. Matou et Mahaut s'installèrent devant la maison, et Horlo en fit le tour. Il y avait, derrière l'appentis, un tas de branches, provenant de la taille des arbres fruitiers que Horlo avait effectuée l'hiver dernier. Ce bois sec ne demandait qu'à être coupé, et sans tarder, car les beaux jours qu'ils avaient connu durant une petite semaine ne dureraient pas; il convenait de ne pas traîner.

Il prit quelques branches, et de quelques coups de hache, tailla les petites branches qui poussaient de part et d'autre. cela ferait du petit bois très convenable pour faire prendre le feu. Entre chaque coup de hache, il entendait Matou, par intermittence, et Mahaut, qui poussait des cris tout en faisant ses plantations. Il sourit, se disant que Mahaut était une petite fille éveillée et curieuse de tout. Matou aimait beaucoup lui montrer de nouvelles choses, et lui apprendre la nature.

Au bout d'un petit moment, Horloger avait devant lui deux tas: d'un côté, les petites branches, et de l'autre, les bûches, plus conséquentes. Il restait à les rentrer. Horloger avisa la brouette, renversée contre le mur de l'appentis, afin qu'elle ne se remplisse pas d'eau par temps de pluie. Il l'avait trouvée lorsque Matou et lui avaient emménagé dans cette maison, abandonnée dans l'appentis. Elle était cependant en bon état, et après que Horloger eut consolidé l'armature, il avait décidé de l'améliorer. Ainsi, il avait démonté la roue, et l'avait emportée à la forge, afin de la cercler sur le pourtour. de la même façon, il avait garni l'intérieur de feuilles de métal martelées et rivées ensemble, afin de consolider l'ensemble.
Il remplit la brouette de bûches, et l'apporta près de l'entrée. Il alla voir les travaux de jardinage, et Mahaut lui montra comment elle avait elle-même planté les bulbes.

"Maman a fait les trous, et moi je les ai mis dedans!"


Horloger se pencha, et lui fit un gros bisou, la félicitant, puis il embrassa tendrement sa femme.

"Mes jardinières, je vous félicite! A tout à l'heure!"


Il poussa sa brouette devant l'entrée, et quelques instants plus tard, les bûches étaient rentrées, entassées près de l'âtre. Le reliquat serait entreposé dans l'appentis. Horloger fit encore un voyage, avec du petit bois, et le posa de l'autre côté de la cheminée. Ils étaient parés pour une bonne semaine. Il alla ensuite remiser le reliquat de bois, et rangea la brouette, ainsi que la hache. Matou et Mahaut rapportèrent le petit panier et la bêche. Matou avait, de son côté, puisé uns eau d'eau, et avait arrosé les plantations. Le jour déclinait doucement, et il était temps de rentrer, car le frais se faisait sentir. Horlo prit Mahaut sur ses épaules, et prit la main de Matou. Ils se dirigèrent vers leur maison, heureux de cette après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Ven 25 Déc - 12:56

Matou et Horloger avaient préparé un sapin, chez eux. Un sapin simple, avec peu de décorations, mais beau tout de même. Horloger était allé l'abattre dans la forêt voisine, et l'avait chargé sur la carriole. Matou et lui l'avaient installé tandis que les enfants étaient chez Yseult, et au retour, Mahaut avait été émerveillée.



Pendant que les enfants dormaient, la veille, Matou et lui avaient installé les cadeaux, et ce matin, au réveil, Mahaut était toute excitée à l'idée de déballer son paquet. Elle s'était levée de bonne heure, impatiente de découvrir son cadeau. Elle cria de joie en découvrant une nouvelle poupée.



"Elle est très belle, et je vais l'appeler Marie!"

Matou et Horlo avaient fait un gros bisou à leur fille, puis Matou avait donné son cadeau à Guillaume: de petits cubes en bois, achetés à un marchand, quelques jours auparavant.



Guillaume, assis par terre, sur sa couverture, s'était empressé de les sortir de la boîte, et de les lancer aux quatre coins de la pièce. Matou et Horlo avaient souri, puis Horlo avait offert son cadeau à sa femme: un brûle parfum.



"J'espère qu'il te plaira, chérie; peux-être pourrais-tu commencer une collection, avec celui que je t'avais déjà offert?"

Horlo fit un clin d'œil à sa femme, et l'embrassa avec fougue, tandis que Guillaume et Mahaut jouaient tranquillement, en cette journée de la Nativité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Sam 26 Déc - 18:23

Tout le monde était réuni autour du sapin. Mahaut avait laissé éclaté sa joie en découvrant son cadeau. Elle adorait les poupées. Matou attendit un instant et lui désigna un autre cadeau plus petit. Pendant ce temps, Guillaume empoignait ses cubes et les jetait de toute la force de ses petits bras. Matou tenta de lui expliquer que chaque cube bien placé représenterait un coq, rien n'y fit. Elle regarda son mari en riant:

On attendra encore un peu avant qu'il ne reconstitue le dessin...

Mahaut avait ouvert son deuxième paquet:



En voyant les petits vêtements juste à la taille de sa poupée, elle poussa des cris de joie. Elle leva les yeux au ciel et avec un grand sourire dit:


Merci Papa Noël!!

Guillaume répéta en battant des mains: papa, papa...

Matou en profita pour ouvrir l'autre paquet pour Guillaume. Le petit garçon grandissait à vue d'oeil, et déjà son gilet bien chaud pour l'hiver devenait trop juste. Aussi en avait-elle fait confectionner un autre:



Laissant Mahaut toute à sa joie d'habiller sa poupée et Guillaume tenter maladroitement de récupérer ses cubes, Matou prit le cadeau que son mari lui tendait, radieuse, elle le remercia avec chaleur:

Comme c'est joli! C'est un travail si finement exécuté...

Elle hocha la tête lorsqu'il lui dit:

peux-être pourrais-tu commencer une collection, avec celui que je t'avais déjà offert?"

Quelle merveilleuse idée!! il parait qu'on en trouve de toutes sortes... elle le regarda en souriant:

Moi aussi mon chéri, j'ai quelque chose pour toi...

Elle prit un paquet sous le sapin qui n'était pas encore ouvert et le lui tendit.Il était assez volumineux et pesait lourd. Elle l'avait emballé dans un drap et recouvert d'un papier coloré. il le prit et le tourna dans tous les sens, comme s'il essayait de deviner ce que ça pouvait bien être. Elle se mit à rire et lâcha impatiente:

Mon coeur..ouvre le donc...

C'est ce qu'il fit. Elle espérait qu'il allait aimer:

J'ai pensé que ça te serait utile, l'ancienne a été malmenée par la dernière tempête....



Elle posa délicatement son cadeau sur la table et attendit qu'il pose le sien, puis, elle se serra contre lui et l'embrassa tendrement. Entourée de son mari et de ses enfants, la jeune femme savourait pleinement son bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Lun 11 Jan - 22:44

Horloger avait souri en voyant Mahaut et Guillaume s'amuser, heureux, avec leurs cadeaux de Noël. Matou n'était pas en reste, toute à la joie de découvrir un nouveau brûle-parfum. Du reste, elle n'écartait pas l'idée d'en faire un début de collection. Mais matou avait également un cadeau pour Horloger. Lorsqu'elle eut posé l'encombrant et lourd paquet sur la table, Horlo le déballa tout en se demandant ce qu'il pouvait contenir. Lorsqu'il vit l'enseigne, il sourit; c'était une merveilleuse idée.

"Chérie, c'est magnifique! je cherchais toujours un peu de temps pour le faire une enseigne, et celle-ci tombe à point nommé! Merci beaucoup!"

Il l'embrassa avec passion, faisant durer le baiser qui scellait, en cette nuit particulière, à la fois la joie des enfants et celle des parents, famille heureuse et unie. Puis Horlo dit:

"Je pense l'emmener dès demain à la forge, chérie; qu'en penses-tu?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Mar 12 Jan - 2:22

Excellente idée!! Elle sera du plus bel effet!! Je suis si heureuse qu'elle te plaise mon coeur!!

Matou sourit à son mari. Cette journée de Noël était une si belle journée!!

Mahaut était heureuse avec sa poupée qu'elle habillait et déshabillait, s'amusant à essayer tous les vêtements. Matou caressa le brûle-parfum du bout des doigts. Les motifs en reliefs qui décoraient la faïence était si délicats. Elle imagina le travail de celui qui avait fait ça. C'était, sans aucun doute, un artiste. Elle sentit le regard de son mari sur elle et leva les yeux vers lui. Elle était heureuse et savait que lui l'était aussi.
Elle vint se blottir contre lui et ils restèrent un instant ainsi, regardant en souriant leurs enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horloger

avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 49
Localisation : Fécamp
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   Sam 16 Jan - 21:39

[Quelques jours plus tard]

La veille, le ciel était devenu laiteux, et le froid avait envahi la campagne environnante. Les ruelles étaient brillantes de froid, et les vieux avaient dit qu'il neigerait avant longtemps. Et du reste, en fin d'après-midi, les premiers flocons étaient tombés, rendant la lande encore plus silencieuse. Matou et Horlo, en allant récupérer Mahaut et Guillaume chez Yseult, avaient vu un bonhomme de neige trônant non loin de l'entrée de la maison, et avaient entendu les cris des enfants à travers la porte. Yseult leur avait ouvert en souriant, et les enfants s'étaient précipités en disant:

"On a été jouer un peu dehors, et on a fait un bonhomme de neige avec Yseult!"

Matou et Horlo avaient souri, et avaient remercié Yseult pour sa gentillesse. Ils avaient ensuite félicité les enfants, car le bonhomme de neige était splendide. Puis Horlo avait pris Mahaut dans ses bras, et Matou avait pris Guillaume, tous deux bien emmitouflés, et ils étaient rentrés sans traîner, car la neige tombait de plus en plus dru, à la grande joie des enfants qui criaient sur le chemin du retour, essayant d'attraper les flocons.

Lorsque Horlo se leva, ce matin, la maisonnée était encore silencieuse. Il remit une bûche dans l'âtre, et se prépara. Une fois habillé, il ouvrit la porte, et resta stupéfait. La neige avait tout recouvert; le poirier qui était un peu plus loin était méconnaissable sous son manteau de neige, et au fond, le toit de l'écurie où se trouvaient Hihan et Alambic était recouvert d'un épais manteau neigeux.



Horloger avait prévu de couper du bois ce matin...il sourit, et, refermant la porte, se dit qu'il attendrait un petit peu. Il mit la table, prépara le déjeuner, et attendit que Matou et les enfants se réveillent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoires du quotidien...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires du quotidien...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville de Fécamp :: Les Maisons des Habitants :: Chez Matou, Horloger et Mahaut-
Sauter vers: