Ville de Fécamp

Ville du Domaine Royal Normand
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)

Aller en bas 
AuteurMessage
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Lun 27 Juil - 1:56

27 juillet 57

Alors que le soleil se lève à peine, nous arrivons à Honfleur. Voyage tranquille, peu dormi, Horloger a été attaqué par les moustiques. Seule Mahaut s'est reposée.
Après le passage de la douane, nous repérons la première taverne "la fée qui trinque" et nous nous posons. C'est calme et ça nous permet de récupérer un peu.
Bientôt, nous avons la joie de voir Farandole arriver ainsi que Seb le Hardi, tous deux rencontrés à plusieurs reprises. Nous bavardons joyeusement avec eux.
Puis, nous décidons d'aller faire un tour au marché et là nous tombons des nues! à 9h pas le moindre boulanger, aucun pain sur le marché. mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises: les prix sont incroyablement bas: on trouve du blé à 10 écus le sac et de la farine à 11,80.
Nous discutons un peu avec les commerçants qui se plaignent bien entendu. Ils n'arrivent pas vendre, aussi c'est la ronde des prix à la baisse.
Puis, nous découvrons un petit hôtel et apprenons que c'est celui de Farandole. Elle nous y accueille avec beaucoup de gentillesse. Le cadre est magnifique et c'est très calme. Nous décidons d'y prendre une chambre. Dormir quelques heures avant le départ , cette nuit, pour lisieux, nous fera le plus grand bien!


Dernière édition par matouminou le Ven 14 Aoû - 21:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Mar 28 Juil - 18:34

28 juillet


Lisieux s'étend devant nos yeux dans un calme olympien, c'est vraiment l'impression que ça nous fait lorsque nous franchissons les remparts de la ville. Cela nous sera confirmé tout au long de la journée. Les tavernes sont vides, le marché est désert.
Par curiosité, je m'arrête à la mairie et regarde le panneau du marché foncier. Mes yeux s'agrandissent de surprise: 17 champs en vente!! et bien....
En début de soirée, je rencontre Ciciaa, la mairesse. Horloger est allé se reposer et a emmené avec lui Mahaut. Je m'attarde un peu en taverne. Cicciaa est plutôt fatiguée. Lisieux est une ville qui se meurt et elle a du mal à l'accepter.
Nous discutons un moment, j'essaie de lui dire que ça va s'arranger. Elle n'est pas dupe.
Il est tard lorsque je rejoins la carriole. Nous nous mettons en route. Nous arriverons dans la mâtinée à Argentan.
J'ai un petit serrement au coeur de quitter la Normandie. Cela fait rire Horloger:


On revient dans 5 jours, ma chérie!!, me dit-il en me serrant dans ses bras.

C'est vrai, mais tout de même....


Dernière édition par matouminou le Sam 1 Aoû - 13:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Sam 1 Aoû - 13:10

29 et 30 juillet

Nous passons la frontière entre la Normandie et l'Alençon sans souci. Nos papiers sont en règle.
Nous voici à Argentan!
C' est une ville qui à première vue semble fort agréable. Afin de nous débarbouiller un peu et de manger quelque chose, nous nous arrêtons dans la première taverne que nous rencontrons. Il n'y a personne. Nous apprécions le calme. Même si le trajet s'est déroulé sans souci, nous commençons à ressentir la fatigue.
Tandis que Horloger va s'occuper de la carriole, je reste avec Mahaut. Deux jeunes femmes entrent et naturellement, nous nous présentons. Nous commençons à parler. Ces deux femmes sont un peu désappointées et ne me cachent pas leur déception. La première vient de Mortagne et me raconte que sa ville natale a bien changé en quelques mois: taverne vide, halle peu fréquentée...Elle a décidé de partir. La seconde jeune femme est dans me même état d'esprit. Elle part d'Argentan.
Je leur propose d'aller à Fécamp où elle découvriront une ville animée.

La journée s'écoule doucement. Nous avons décidé de rester au calme. Nous nous promenons un peu dans la forêt Argentaise. Nous avons la chance de voir des biches et même un coq de bruyère, ce qui ravit Mahaut.








Puis elle ramasse des feuilles et de la mousse.


- C'est pour faire un lit pour ma poupée!
nous dit-elle

Un lit...un vrai lit...j'en rêve...

Le soir arrive et nous décidons de nous remettre en route, direction la capitale: Alençon. Horloger espère y rencontrer son homologue, mais sans trop y croire.
La route est agréable, dans la fraicheur de la nuit, nous entendons les criquets. La lune nous guide. Nous ne croisons pas grand monde: quelques voyageurs comme nous.

Le jour n'est pas encore levé lorsque nous découvrons, devant nos yeux, les contours de la ville. Des torches éclairent faiblement les hauts remparts. Nous nous arrêtons devant l'immense porte qui s'ouvre dans un effroyable grincement pour nous laisser entrer. Mahaut se réveille et commence à pleurer. Je l'enveloppe dans une couverture et la prends dans mes bras pour la consoler en lui expliquant que nous sommes arrivés dans la capitale Alençonnaise.
Horloger saute en bas de la carriole et présente nos papiers au douanier. Ils discutent tous les deux un moment. Nous devons nous acquitter d'une taxe de 1 écu pour l'hôtel.

Le douanier nous souhaite un agréable séjour à Alençon, nous le remercions et nous repartons, attentif à ne pas nous tromper de ruelle. Bientôt nous voyons, avec soulagement, l'hôtel se dresser devant nous.
Le propriétaire nous accueille avec le sourire et très vite nous conduit à notre chambre.
Je suis déçue, la chambre est petite et la propreté douteuse. Horloger étale une de nos couvertures sur le grand lit et, vaincus par la fatigue, nous nous endormons, Mahaut serrée contre nous.
Nous ne nous réveillons qu'en début d'après midi, un peu perdus. J'ouvre les grandes tentures qui masquent la fenêtre. A la lueur du jour, la chambre semble plus accueillante. Mahaut manifeste tout haut ce que nous ressentons tous:

Maman, papa!!!J'ai faim!!

Nous descendons dans la pièce principale, personne! Nous tirons de notre besace une miche de pain et quelques fruits. Cela fera un repas très correct.

Par la suite, nous ne rencontrerons pas âme qui vive, juste quelques marchands pressés qui ne nous accorderont aucune attention. Décidément, il ne fait pas bon vivre dans les capitales!
Horlo et moi nous regardons avec la même pensée émue pour notre Fécamp natale.
Que font nos ami(e)s? Comment se passe les élections?
J'en profite alors pour envoyer quelques courriers. Je remarque au passage que les pigeons ont la même tête que les habitants: l'oeil terne et un singulier manque d'enthousiasme. Pour le coup, je demande à Horloger de leur donner un peu d'impulsion et c'est avec une joie non dissimulée qu'il s'occupe de leur donner l'énergie et la motivation pour voler jusqu'à Fécamp.

Nous nous reposons encore un peu, bien que pressés de repartir, mais nous pensons aussi à notre vaillant petit cheval qui tire la carriole depuis 5 jours et que l'on doit ménager. Aussi, est-ce à la nuit tombante que nous quittons Alençon.


Dernière édition par matouminou le Sam 15 Aoû - 19:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Mar 4 Aoû - 20:40

31 JUILLET

Nous arrivons à Mortagne alors que le soleil commence à peine à se lever. Au loin la ville dort encore, d'ailleurs le douanier nous accueille en réprimant un baillement.
Notre premier préoccupation est de mettre la carriole à l'abri. Nous avons acheté quelques marchandises: Horlo des seaux et moi des sacs de blé et de farine. Nous ne voudrions pas que ça nous soit dérobé. Heureusement, la première taverne que nous trouvons a une cour intérieur. Tandis que je prends Mahaut dans mes bras et quelques affaires pour nous changer, Horlo donne à manger et à boire à notre vaillant petit cheval.

le tavernier sursaute en nous voyant entrer. Nous le regardons, étonnés, et il nous dit, en s'excusant, qu'il n'a pas vu la moindre personne depuis plusieurs jours. Du reste, il était en train de songer à fermer jusqu'à la fin du mois sa taverne. Il nous désigne une table et nous commençons à parler avec lui. Il parle vite avec un accent qui roule les"R". Mahaut le regarde ébahie, en oubliant de manger.
C'est lui qui nous indique qu'il y a une très belle promenade à faire au bord de l'étang de Mortagne.
Nous le remercions et finissons de manger. Puis, profitant du puits à notre disposition dans la cour, nous nous débarbouillons. L'eau est froide mais ça fait du bien.
Le soleil est haut maintenant et l'air est chaud. La ville de Mortagne est jolie avec ses petites maisons alignées les unes à côté des autres. La rue principale accueille toutes les échoppes ainsi qu'un grand nombre de tavernes. Elle aboutit sur la place centrale où l'église se dresse, majestueuse. En face, on peut admirer le grand bâtiment de la mairie.



Nous nous arrêtons près de la fontaine. Mahaut trempe ses mains et nous éclabousse en riant. Nous ripostons et nous voilà trempés en un rien de temps...Avec cette chaleur, nous sècherons très vite.



Nous prenons un petit chemin avec un panneau sur lequel est dessiné l'étang et très vite nous le voyons surgir devant nous. Je retiens Mahaut qui s'élance pour aller au bord et je lui explique que c'est surement glissant, qu'il faut qu'elle nous tienne la main pour s'en approcher. Nous en faisons le tour, émerveillés par la beauté luxuriante de la végétation.



Nous repérons un saule pleureur et décidons de nous y installer, c'est là que nous déjeunerons.




Très vite, des canards grimpent sur la berge. Mahaut est ravie et je lui donne quelques bouts de pain pour qu'elle leur lance. Les canards se précipitent en cancanant ce qui fait éclater de rire notre fille.



Horloger s'allonge et pose sa tête sur mes genoux. Il ferme les yeux et je sais qu'il va s'endormir. L'après-midi s'écoule lentement.
Ce soir nous repartons pour Verneuil.



Mauvaise surprise quand nous récupérons notre carriole: un essieu a lâché, rendant notre départ impossible. Il faut pourtant que je sois à Verneuil dès demain. Après réflexion, nous convenons que je partirai dès ce soir avec Mahaut. Horloger va contacter un menuisier et fera réparer la carriole. Moi je file à la mairie pour trouver un marchand ambulant qui pourra nous emmener dans la prochaine ville.
J'ai de la chance, je tombe sur un charmand vieux monsieur qui accepte de nous prendre avec lui. Il voyage avec sa petite fille. Je vais tout de suite prévenir Horloger qui de son côté a déjà trouvé un menuisier. Nous voilà rassuré. Mais je suis triste de devoir le quitter. C'est la première fois que je voyage seule et que je vais me retrouver séparée de mon mari.
Les adieux sont déchirants...Mahaut ne comprend pas et pleure. Nous nous embrassons encore une fois et la charrette démarre. J'espère que pour Horloger le trajet demain se passera bien.


Dernière édition par matouminou le Ven 14 Aoû - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Sam 8 Aoû - 21:22

1er et 2 AOUT

Verneuil enfin!! Le trajet, bien que fatigant, je n'ai pas dormi, Mahaut est restée dans mes bras toute la nuit, s'est bien déroulé.
Le marchand nous dépose devant une auberge qui loue des chambres. Je songe avec tristesse que c'est le seul avantage de cet incident. Je remercie l'homme et sa petite fille en leur offrant ma dernière bouteille de calva.
Nous nous disons au revoir, Mahaut réclame son papa, je la rassure, demain il sera là. J'implore en silence Aristote de le protéger des dangers de la route.

L'aubergiste nous accueille avec un sourire et nous souhaite la bienvenue à Verneuil. Il nous mène jusqu'à une chambre, petite mais très agréable.
Mahaut se précipité vers la fenêtre.


Je surveille si papa arrive...si je le vois je crie pour lui dire qu'on est là!!

Elle me fait rire et je hoche la tête. J'en profite pour m'allonger un peu. L'enfant que je porte me fatigue plus vite, je dois l'avouer. Cependant je me refuse à dormir, je dois avant tout m'occuper de Mahaut qui déjà réclame à manger. J'ai du pain et des fruits, cela fera un repas convenable.
Mahaut n'a pas quitté la fenêtre. Je lui répête que son papa n'arrivera que le lendemain, rien à faire.
Je la débarbouille comme je peux et je décide d'aller faire un tour. Nous allons visiter Verneuil, cela nous passera un peu le temps.
Nous visitons un très joli marché, peut-être le plus beau de tout le duché Alençonnais.



Partout ce ne sont que couleurs et odeurs. les marchands interpellent gaiement les chalands. Les rires et les plaisanteries fusent, la bonne humeur est de mise. Même Mahaut est fascinée et a oublié Horloger un instant.
Nous admirons un long moment des poussins:


Ils sont si mignons, s'esclaffe Mahaut, c'est comme les miens...ils sont peut-être frères, Maman?

Je lui réponds que peut-être oui, en souriant.

Nous admirons des veaux qui ne sont pas très vieux et des agneaux.





Mahaut, bien entendu, demande à avoir un agneau. Je secoue la tête et lui dit que peut-être un jour papa reprendra des moutons. En attendant, Hihan et Alambic nous suffisent.
La journée passe très lentement, je reçois un pigeon de Horloger qui m'annonce que la carriole est réparée, il prend la route et arrivera à l'aube. Je lui réponds en lui indiquant le nom de notre auberge.

Nous rentrons du marché, fatiguées, nous avons beaucoup marché. Nous prenons notre repas dans l'auberge. Quelques personnes sont là mais ne s'attardent pas. La nuit est tombée et nous montons nous coucher. Mahaut s'endort tout de suite, moi, je pense à Horloger et lui envoie en pensée un tendre baiser.


Dernière édition par matouminou le Ven 14 Aoû - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Ven 14 Aoû - 20:39

En début de mâtinée, nous retrouvons Horloger. Mahaut est folle de joie et moi aussi. Nous décidons de rester un peu en taverne. Je suis heureuse que mon mari soit là.

Le reste de la journée à Verneuil s'écoule lentement. J'ai conseillé à Horloger de se reposer un peu. Ce soir nous reprenons la route et il a peu dormi. Il décide d'aller dormir un peu.

Pendant ce temps, Mahaut et moi allons au lavoir. j'ai quelques affaires à laver. Mahaut s'accoude sur le rebord en pierre et joue avec l'eau. Quelques femmes sont là et nous papotons. Des enfants viennent chercher Mahaut pour qu'elle joue avec eux. je leur demande de ne pas s'éloigner, je ne veux pas la perdre de vue
.




J'ai fini et j'étends les vêtements à l'endroit prévu près du lavoir. Avec le soleil, ils sècheront vite. Je continue de parler avec les femmes, tout en les aidant à essorer leur linge. l'ambiance est gaie.

Mahaut s'amuse comme une folle, elle aime la compagnie des enfants. Le soleil commence à décliner. Je récupère mon linge, il est encore un peu humide mais ça ira tout de même. Je salue les femmes, Mahaut fait de grands signes à ses amis d'une après midi et nous partons.

Horlo nous attend à la carriole, les affaires sont prêtes. Nous quittons Verneuil pour Argentan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 53
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   Ven 14 Aoû - 20:41

RETOUR EN NORMANDIE

Nous ne nous attarderons guère à Argentan. Il nous tarde maintenant d'être en Normandie. Alambic, notre vaillant petit cheval tire avec vigueur la carriole. Nous sommes plus chargés qu'à l'aller: quelques sacs de blé pour faire tourner mon moulin, achetés à un prix défiant toute concurrence. Horlo a trouvé des couteaux et des seaux. Un boulanger m'a vendu du pain pour la taverne de Mith.
Nous passons la frontière Alençonnaise sans souci, Horlo arrête la carriole et nous foulon la terre normande, heureux.
Je me demande comment font ceux qui partent des mois entiers.

Lisieux nous accueille avec calme comme à l'aller. Nous traversons la rue principale sans nous attarder, direction Honfleur




Avant d'arriver à Honfleur, nous croisons un groupe de soldats.



A Honfleur nous retrouvons Anneglire et Shawenn qui nous annoncent qu'elles ont déménagé de Fécamp. Désormais, elles sont honfleuroises.
Je ne dis rien mais je sais que ,moi, je ne quitterai jamais Fécamp. Et je sais aussi que j'y mourrai.
Nous repartons, laissant Honfleur la Belle derrière nous.




C'est le 6 aout que nous arrivons dans notre chère ville. Vite, vite...je demande à Horloger de faire accélérer Alambic. j'ai hâte de retrouver notre petite maison, d'aller saluer nos amis en taverne, d'ouvrir mon moulin!!
Qu'il est bon de rentrer chez soi!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage en Alençon (27 juillet au 6 Aout)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville de Fécamp :: Les Maisons des Habitants :: Chez Matou, Horloger et Mahaut-
Sauter vers: