Ville de Fécamp

Ville du Domaine Royal Normand
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En route pour l'école!

Aller en bas 
AuteurMessage
matouminou

avatar

Féminin Nombre de messages : 793
Age : 54
Localisation : FECAMP
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: En route pour l'école!   Sam 20 Mar - 22:28

Ce matin là, régnait une effervescence toute particulière dans la famille Horloger. Pour la première fois Mahaut allait à l'école. Elle avait réveillé ses parents alors qu'il faisait encore nuit et Matou l'avait, gentiment mais fermement, raccompagnée dans sa chambre, lui expliquant qu'il n'était pas encore l'heure de se lever.

- Mais maman si je loupe l'école? si vous ne vous réveillez pas? si....


Matou avait sourit dans l'obscurité et l'avait rassurée:


-Tssss, Tssss, Tssss....voyons Mahaut, regarde dehors et réfléchis, personne n'est encore levé à cette heure...et tu te souviens de ce que m'a dit Melle Millie? Pas avant 9h! Rendors toi, ma chérie, tu ne seras pas en retard!!

Elle l'avait embrassée et était retournée se mettre au lit. Blottie contre son mari qui dormait du sommeil du juste, elle se rappela l'avant-veille, sa conversation avec la maitresse d'école. Elle la connaissait bien puisqu'elle avait eu Rody en classe. Cela faisait maintenant un an que Melle Millie, à qui on ne donnait pas d'âge, s'était installée. Matou avait été une des premières à l'accueillir et lorsqu'elle lui avait fait part de son projet d'ouvrir une école pour accueillir les petits fécampois, Matou avait été emballée. L'idée, bien que curieuse, n'en était pas moins excellente. Il est vrai que seul les jeunes nobles avaient accès au savoir grâce à des professeurs particuliers qu'on appelait des précepteurs.
Beaucoup de paysans avaient vu cela d'un mauvais oeil, bougonnant que les enfants n'ont pas à trainer sur des bancs à ne rien faire alors que les travaux aux champs n'attendent pas. Les familles d'artisans avaient haussé les épaules:

Qu'apprendrait-on à leurs enfants? une fille se devait de savoir broder, faire la cuisine et diriger sa maisonnée dans l'économie et dans la foi d'Aristote.
Quant aux garçons, souvent, ils reprenaient l'affaire de leur père ou alors ils devenaient soldats. Certains entraient dans les ordres.

Matou avait tenté de bousculer ces réticences. Après tout, la seule prétention de Melle Millie était de leur apprendre à lire et à écrire. Quelques uns avaient bien voulu tenter l'expérience. Ce fut le cas de Idryl et Pardy qui avaient envoyé leur fils adoptif, Rody, à l'école. Quelques autres avaient suivi et bon an mal an, Melle Millie avait toujours une dizaine d'écoliers.

Deux jours auparavant, Matou, après en avoir discuté avec son mari qui avait donné son accord, était allée la voir. Elle avait dressé un portrait de sa fille comme étant une enfant curieuse de tout, parfois un peu turbulente mais jamais méchante. Depuis quelques temps, elle avait soif de connaitre les lettres et les chiffres et réclamait qu'on lui apprenne à lire et à écrire.
A ce récit, Melle Millie avait souri puis avait dit:


Dame Bourgmestre, votre fille est la bienvenue. Actuellement, je n'ai que 6 enfants....le printemps est toujours une saison qui me les "vole" si je puis m'exprimer ainsi....beaucoup de travaux aux champs et aux jardins...Je suis heureuse d'accueillir cette petite Mahaut. Quel âge a-t-elle?


Matou avait répondu qu'elle allait sur ses 5 ans. Melle Millie avait hoché la tête:

C'est parfait pour débuter...voyons voir...nous pourrions commencer après demain...Cela vous convient-il?

Matou avait acquiescé, et l'avait chaleureusement remerciée.

Comment décrire la joie de Mahaut lorsqu'elle lui annonça la nouvelle? Cris de joie avaient alterné avec mille et une questions:


- Je peux prendre ma besace? je vais mettre quoi dedans? tu m'accompagnes? et papa aussi? Et Guillaume? je veux qu'il vienne aussi....maman? tu crois que je vais écrire tout de suite? et les autres enfants? est ce que...

Matou avait interrompu ce flot de questions en la prenant dans ses bras.

ma fille chérie...calme toi...je ne peux répondre à toutes ces questions si ce n'est que nous t'accompagnerons tous et qu'ensuite tu verras par toi-même comment ça se passe....Pour ce qui est de ta besace...j'ai pensé que....

Elle avait pris un air mystérieux en tendant un paquet à Mahaut. Cette dernière l'avait ouvert et en avait sorti une besace toute neuve en cuir marron. Elle avait sauté au cou de Matou pour la remercier.

Matou vit le jour se levait. Elle n'avait guère réussi à se rendormir, tout aussi impatiente, elle dut le reconnaitre, que sa fille.
A peine fut-elle levée que Mahaut surgit, à croire que l'enfant était restée l'oreille collée à la porte, guettant le moindre bruit, signe du réveil de ses parents. Le plus étonnant était que l'enfant était déjà habillée de pied en cape.

Horloger se tourna dans le lit en ronchonnant. Matou s'habilla rapidement et fit signe à Mahaut de ne pas faire de bruit. Puis, elle la prit par la main pour l'emmener dans la pièce principale.


Bravo, ma chérie, jamais je ne t'ai vu prête aussi rapidement!! Mais dis-moi....Matou passa sa main sur les vêtements, puis, elle lui prit le menton et en la regardant, elle lui dit....tu n'aurais pas dormi avec tes vêtements toi?

Mahaut fit un grand signe de la tête:

Oui, quand tu es venue pour que je me rendorme, je me suis relevée après que tu sois partie et je me suis habillée...parce que tu comprends...j'avais peur....enfin ...je voudrais pas être en retard...Papa dit toujours que être ponta...ponctalui....enfin que être à l'heure c'est respecter celui chez qui on va....


Matou se retint d'éclater de rire, elle réussit à garder son sérieux cependant:

Bien sur ma chérie, papa a raison, mais tu n'as aucune raison de redouter d'être en retard. Quant à dormir tout habillée, je ne suis pas d'accord...Regarde, ta jupe est toute froissée. Allez file en mettre une autre...Pendant ce temps je vais dresser la table!


Mahaut ne se le fit pas dire deux fois et Matou mit en place les verres et les assiettes. Elle posa au centre le broc de lait et la miche de pain accompagnée du pot de miel.
Elle versa du lait dans le biberon de Guillaume et le mit sur le bord de la cheminée où se consumaient encore quelques braises. Le petit garçon aimait le lait tiède.
Mahaut réapparut tenant son papa par la main, l'oeil encore un peu éteint, les cheveux en bataille. Elle lui expliquait:


Tu comprends, papa, c'est un grand jour pour nous tous...je vais à l'école et tout le monde m'accompagne...aussi il ne faut pas être en retard...

Horloger bougonna qu'en effet c'était un grand jour, mais que le réveiller en lui sautant dessus, c'était pas des façons. Matou se mordit les lèvres, une fois encore, pour ne pas rire. Elle embrassa tendrement son mari. Ils échangèrent un sourire.
Horlo se passa un coup d'eau sur le visage et alla s'habiller. Mahaut trépignait.
Matou entendit Guillaume qui babillait dans son lit. Elle alla le chercher, tandis qu'Horlo et Mahaut commençaient à manger. Elle lui fit sa toilette et l'habilla. Elle retourna s'installer à table et lui donna son biberon.
Elle dut intervenir pour demander à Mahaut de ne pas manger aussi vite.
Horlo fit la moue et Matou sentit qu'il commençait à être un peu irrité. Elle prit les devants:


Mahaut! tout va bien, tout le monde est prêt! Nous avons encore beaucoup de temps devant nous....sois un peu patiente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En route pour l'école!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...
» En route pour la gloire (sujet fini)
» [98/99] En Route pour le Loch Ness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville de Fécamp :: Les Maisons des Habitants :: Chez Matou, Horloger et Mahaut-
Sauter vers: