Ville de Fécamp

Ville du Domaine Royal Normand
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La grande salle

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: La grande salle   Dim 13 Jan - 23:40

La salle était immense, presque aussi que la maison elle même, en fait elle occupait tout le rez de chaussé.
Sur un côté, trônait une grande table, des chaises, des bancs et des coffres. De l'autre côté, la cuisine, la cheminée et le four à pain et les annexes pour la boulange.
A côté du four, un escalier montait à l'étage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 14 Jan - 1:50

[rentrant de chez Laureline]

Laureline raccompagna Apro jusque devant chez lui

La route m'a parue bien plus courte en votre compagnie que seul... dit-il en souriant

La jeune femme le remercia du compliment et en chaina


Vous voilà maintenant chez vous,j'espère vous revoir bientôt...euh .... en entier si possible, prenez bien soin de vous !

mais comment pourrais-je vous remercier ?


Laureline ne voulait pas entendre parler de remerciement, prétextant que tout le monde en aurait fait autant...

Apro réfléchit un instant


Attendez, j'ai une idée, et vous ne pouvez refuser, maintenant que j'ai ma boulange, je vous réserve les deux plus belles miches de mes fournées, ça me fera plaisir de vous les offrir, et puis ... ça nous donnera l'occasion de nous revoir.

Elle accepta, le salua puis alla rendre visite à Galahad.

Messire Galahad, Apro se dit qu'il irai aussi le voir, d'aprés ce que lui avait dit Laure, il n'était pas étranger au fait que lui, Apro, aille mieux...

Arrivé chez lui, il ne pu que constater que les deux gueux qui l'avait laissé pour mort, avait fais mains basse sur sa réserve de calva. Heureusement, il en gardait toujours une à côté de la pile de bois du four.
La table était sale, couverte de fiente d'oiseau et de bout de pain picoré. Un parchemin trainait négligemment dans un coin, il le prit et le lu. Sa nièce ! Comment avait-il pu l'oublier un instant ?
Il aperçu le pigeon, auteur des saletés, endormi dans un recoin de la pièce. Il prit un parchemin et commença à répondre...

Il butait depuis un moment sur la question de sa nièce. Pourquoi ? Pourquoi n'était-il pas intervenu pour empêcher son mariage ? Que répondre ? La vérité ? Il n'était pas prêt pour cet aveu, il ne pourrait lui dire qu'en face, et encore...
Il reprit le fil de ses pensées...en se versant une bonne rasade de calva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 14 Jan - 4:05

il se servi un grand verre de calva, en vida la moitié d'un coup et se remit à écrire.


Citation :

ma chère nièce,

Quel plaisir de te lire, je suis heureux que tu ais refait ta vie, que tu te soit remariée. Tu as même un fils, c'est merveilleux !
je savais que tu t'en sortirai, tu as toujours été forte quand il le fallait, même pour ton premier mariage.
Ce que je deviens... hum, bien peu de chose... quand tu es partie en France, j'ai réalisé que rien ne me retenait à Florence, la suite tu la connais, ta sœur à dû te la raconter.
Ma traversée du royaume de France n'a pas été sans heurts, j'ai fais tous les métiers, même les plus sordides, mais cela n'a plus grande importance.
Maintenant, je suis boulanger, enfin j'essaye de faire du bon pain.
La réponse que tu attends, je ne peux te la donner. Je la traîne avec moi, depuis tant de temps. Ton père a su m'imposer sa loi, je ne pouvais rien faire, il ne m'a laissé aucun choix.
Je comprendrai que tu ne m'accordes point de pardon.
Un jour je t'expliquerai, droit dans les yeux, mais je ne suis pas prêt, pas maintenant.

Je vais rester un moment ici, je sais où tu es, je suis rassuré que tu sois avec ta sœur.
Je viendrai, quand le temps sera là, faire la connaissance de ta famille. En attendant, saches que je suis là, si tu as besoin..

Ton oncle Apro
qui n'a jamais cessé de t'aimer

Il n'était pas satisfait de sa lettre, comment Ris pourrait lui pardonner s'il ne lui disait pas la vérité ? comment dire la vérité ?...
en désespoir de cause, il se résolut à attacher son message à la patte du pigeon et lui murmura de rejoindre sa maitresse.
Il regarda s'éloigner le pigeon dans le ciel, s'assit et finit la bouteille de calva...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 18 Jan - 4:10


Voilà deux jours qu'Apro était de retour chez lui, sa main était toujours douloureuse, la plaie l'irritait, suivant les conseils de Laureline ou de Galahad, il changeait régulièrement son bandage et s'appliquait le fameux onguent préparé par Galahad.

Une pensée lui vint, Orazio... Il faudrait qu'il l'informe d'avoir retrouvé Ris...

Malgré le handicap de sa main, il voulait faire sa première fournée de pain. Il alluma le four et s'occupa de la pâte à préparer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Sam 19 Jan - 2:19


Après des heures à batailler avec la farine et l'eau, la pâte pris enfin forme, mais il avait encore beaucoup à apprendre, on ne s'improvise pas boulanger comme ça ! heureusement, au long de son voyage, il avait eu à deux reprise l'occasion de travailler pour des boulangers. sa main le gênait, pas tant par la douleur que par l'absence de ces doigts ! Ils étaient bien pratiques quand ils étaient là !
Quelques boules commençaient à prendre forme, le four était à la bonne température, il enfourna ses premières miches, presque amoureusement... les autres suivirent, en peu de temps, le four fut plein. Il n'y avait plus qu'à attendre.

Satisfait de sa matinée, il ouvrit une bouteille de calva, s'installa à a table. Un bout de table débarrassé de farine fit l'affaire, il y installa son parchemin, se servit un verre et commença sa lettre à Orazio.

Citation :

Orazio,

voilà bien des semaines que je ne t'ai donné signe de vie, ma quête n'en finissait pas et je me suis installé en Normandie après tous les périples endurés, j'étais épuisé et avait bien besoin d'une halte.
comme partout, j'ai questionné les gens autour de moi, les voyageurs rencontrés sur les routes, tous sauf un ! Un jeune homme que j'ai trouvé sur le bord du chemin, abandonné là après s'être fait attaqué par des bandits et laissé pour mort.je l'ai aidé un jour ou deux, puis il a continué son chemin.
Quelque temps plus tard je reçu de ses nouvelles, il était arrivé sain et sauf chez sa donzelle, me remerciant et m'invitant à venir le voir.Dans ma réponse, sans grand espoir, je lui ai fait ma requête.
Quelle ne fut pas ma surprise et ma joie, dans sa réponse, il me disait qu'il connaissait Ris !
Elle est à st brieuc, elle m'a écrit, Zig est avec elle...
Je t'en dirai plus bientôt.

Apro


[i]Il roula le message et l'attacha à la patte d'un pigeon. Il mettrait sans doute plusieurs jours pour rejoindre Florence, si il y arrivait un jour... Il adressa une prière pour la pauvre bête qui devrait traverser le royaume, et même au delà .

Il se servit à nouveau du calva, et en siffla quelques verres en regardant le pigeon s'éloigner...

l'odeur alléchante du pain cuit à point le ramena à Fécamp, il ne fallait pas qu'il brule cette fournée, pas la première qu'il avait tant eu de mal à faire...
Il retourna à son four, sortit les miches fumantes et les posa dans les paniers. Il en mis cinq de côté, une pour lui, deux pour Laureline et autant pour Galahad.

Il pouvait aller au village vendre sa première fournée ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ristori

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 20 Jan - 0:09

L'hiver, l'hiver, avec son froid, son vent, son gèle. Une dure saison pour un pigeon facteur.
Plusieurs jours après avoir quitté st brieuc, c'est fatigué que le pigeon arriva près de la demeure d'Apro. Le fenêtre étant ouverte, il entra et se posa sur la table.
Il mangea les quelques miettes qu'il y avait.


Citation :
Mon cher oncle,
Je ne m'attendais pas à avoir enfin de tes nouvelles. Je sais que le ciel entre Fécamps et St Brieuc peut être dangereux, mais tu as mis quinze jours à me répondre.
Je me suis inquiéter, j'étais apeurée. J'ai ressenti la même émotion que quand j'étais petite. Tu te souviens quand tu étais malade ou que tu te faisais mal, je le ressentais. Je venais te voir et souvent ma présence te réconfortais.

J'ai l'impression, mon oncle, que tu te défile encore. Je sais que papa te faisais peur, je n'ai jamais compris pourquoi. Tu me disais toujours quand tu seras grande je t'expliquerais.
Je suis grande aujourd'hui, mais tu dis encore qu'un jour tu m'expliqueras. Je te considère comme mon deuxième père, je te pardonnerais.

Tu sais parfois la nuit je rêve de nos journées en montagne en été. Tu me faisais rire, tu imitais papa qui faisais le méchant. Ce que c'était drôle!!!

Tu verrais jai le mari le plus attentif du monde. Il me répète sans cesse que je dois me reposer, rester calme. SI ça continue je ne pourrais plus rien faire...
Il s'occupe d'Erwan notre fils. C'est un vrai papa gateau. Même Claudio n'avait pas été comme ça avec la petite Alessandra....
J'espère que tu viendra vite que tu puisse faire sa connaissance.

Mais parle moi un peu de toi? Tu es entré dans les ordres? Tu t'es marié ? tu as des enfants?

Donne moi vite de tes nouvelles
Ta nièce qui pense à toi
Il était au chaud. Il était pas pressé que quelqu'un vienne le renvoyer dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 21 Jan - 2:03


Sur le chemin du retour du marché, Apro sifflotait, content, il avait vendu tout son pain. Il venait de rentrer dans sa demeure, ranger son sac d'écus à l'abri des convoitises. Il se souvenait des deux malandrins qui étaient passés par là, il n'y a pas si longtemps...
Quand il entendit un bruit bizarre derrière lui, comme si quelqu'un tapait ses ongles d'impatience sur la table. Se retournant il aperçu un pigeon installer tranquillement, en train de manger les miettes de son repas du matin.
L'animal n'était pas sauvage et se laissa approcher sans difficulté. Un message était accroché à sa patte... ce ne pouvait être Orazio, pas déjà... Ris ?...
Il prit le message et le déroula. C'était bien Ris...
Il lu, relu ce message... soupirant ou souriant au gré de la lecture.

Elle lui pardonnerai... l'intention était louable. il se leva et se servit un grand verre de calva. Sa nièce n'avait pas changée... toujours aussi directe quand elle voulait savoir quelque chose.
Mais comment lui avouer ?
Elle disait toujours penser à lui, en bien apparemment, cette idée lui réchauffait le cœur, il savait qu'il faudrait qu'il lui raconte toute l'histoire...

L'heure n'était pas aux réponses, il devait réfléchir comment lui dire... et puis il était déjà tard, s'il voulait s'arrêter chez Galahad et arriver à Dieppe avant la nuit, il devait se mettre en route maintenant.

Il prit le pigeon et le mena au grenier, là il serait à l'abri du froid, prés du conduit de la cheminée, et libre de ses allées venues en s'échappant par les trous du chaume...

Equipé de sa besace, une couverture, du pain pour lui et celui pour Galahad, sans oublier deux bouteilles de calva, il ferma sa porte et prit le chemin de chez son sauveur.



[la suite chez Galahad]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orazio

avatar

Masculin Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 27 Jan - 1:57

Un pigeon hagard et épuisé se pose sur le toit, glisse lentement sur le chaume jusqu'à se retrouver affaler par terre.
Le postérieur boueux, il se dandine jusqu'à un trou d'eau où il se désaltére . Puis s'envole jusque sur le rebord de la fenêtre et entre par le carreau entrouvert.
Un festin de miette de pain l'attendait sur la table. Un message était accroché à sa patte


Citation :



Apro, mon ami

enfin des nouvelles d'elle... merci! voilà des années que je n'ai plus d'illusions, que son mariage m'avait privé de ses regards, de ses sourires, de ses rires et de ses baisers. J'ai toujours dans la têtes nos jeux dans l'alpage, nos courses, nos rêves.

Je n'ai rien oublié, ni le premier, ni le dernier de ses regards.
Tu viens de redonner un sens à ma vie. Je viens d'abandonner le noviciat dans lequel je voulais me noyer. Au jour où tu recevras cette lettre, je serai déjà en route pour saint Brieuc.

Merci Apro, tu as toujours été un père pour moi. Nous nous retrouverons en Bretagne, puisque Aristote en a décidé ainsi!

La vie est belle

Orazio

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 29 Jan - 2:14

Apronianius arriva de son séjour à Dieppe, satisfait des moments passés avec son amie Timonstre.
A peine entré chez lui, il remarqua le pigeon sur la table


Eh bien, toi, que fais-tu là ? je t'avais pourtant mis au grenier... comment es-tu entré ?

Il n'attendait pas de réponse du volatile... quand il remarqua le message roulé à sa patte.Un nouveau message ? de Ris ? Il le prit et le parcouru. Orazio ! Orazio était en route pour st Brieuc ! catastrophe, qu'avait-il encore déclenché ?

Il devait rapidement écrire à sa nièce ...


Citation :


Ma chère Ris,

Que de questions, je ne sais par où commencer. Te parler de moi sera bien bref, toi et Zig êtes la seule famille que j'ai, quant à rentrer dans les ordres... j'y ai longtemps pensé, aujourd'hui je suis devant la maison d'Aristote et je me pose encore des questions...

Ce pourait-il que tu es à nouveau ressenti les maux qui m'affectent ? j' suis toujours aussi maladroit, avec mes gestes et avec mes mots, cette fois je n'ai perdu que deux doigts en coupant du bois, mes voisins ont été plus que serviables et m'ont sorti de ce mauvais pas, n'ai pas d'inquiétude.

La chose que je peux te dire, c'est que ton père me faisait chanter, lorsque j'ai cédé la première fois, je ne pensais pas que nos vies en seraient autant affectées. Mes regrets n'y changeront rien, ta vie est meilleure maintenant que tu l'a choisie, jen suis content pour toi.

Je vais souvent à Dieppe, voir une amie qui m'est chère, et en rentrant ce matin, j'ai eu la surprise de trouver un pigeon en provenance de ... Florence, un pigeon d'Orazio... tu te souviens ?

Nous ne nous sommes jamais perdu de vue, et quand je lui ai annoncé que je t'avais retrouvé, il s'est mis aussitôt en route pour ... st Brieuc !Je ne sais pas quand il arrivera, il y a au moins un mois de voyage pour venir de Florence.

Je ne lui ai pas dit que tu avais refait ta vie, il ne sait rien de toi, si ce n'est que tu es à st Brieuc. Il a vécu retiré du monde depuis ce temps là. je ne sais qu'elle sera sa réaction quand il te verra avec mari et enfant...

Tu vois, je suis bien toujours aussi maladroit en toute circonstance...

Je viendrais bientôt te voir, toi, Zig et ta petite famille que j'aime déjà. Je vais attendre un moment ici, peut être qu'Orazio réfléchira et changera d'avis en passant me voir avant d'aller en Bretagne.

Sois sûre de toute mon affection
Ton oncle Apro

Il prit le pigeon qui trottinait sur la table, lui attacha le message à la patte, li murmura de retrouver sa maitresse à l'autre bout de la Bretagne, puis le regarda partir.

Pour éviter de penser, il se remis au travail, préparer une nouvelle fournée ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 3 Fév - 0:43

Des effluves odorantes de pains en train de cuire se répandait dadns la pièce. La fournée serait bientôt prête...

Apronianius pris le temps de se servir un bon verre de calva aprés tout ce travail, avant de s'enquérir de la santé du pigeon qui logeait au grenier.
A sa surprise, ce n'est pas une pigeon qu'il trouva, mais deux !
Le nouveau locataire du grenier avait des lambeaux de parchemin accroché à une patte...

Apro saisit à pleine main le pigeon, retira délicatement les morceaux de parchemin, une signature apparue...
Timon Il assembla ce qu'il pensait être un message de son amie, seuls quelques mots restaient lisibles... "...terrible ... plus en place ... "Il n'avait rien compris, que quelques mots clairs qui pouvaient l'intriguer.
Il laissa des graines aux volatiles, descendit s'occuper de sa fournée... Il pensait à se mettre en route pour Dieppe dés sa fournée sortie, chargée sur la charrette et vendue au marché.

Il referma une nouvelle fois sa porte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
timonstre

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Localisation : Dieppe
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 3 Fév - 17:13

Timonstre étant passé pour le baptême de sa soeur de coeur, avait décidé de passer faire une petite visite de courtoisie à son cher ami et ange gardien par la même occassion Apro, il lui avait déjà parlé de sa maison, mais elle fut surprise d'en voir autant. Elle finit quand même à la trouvée et alla cogner à la porte, elle ne savait pas si ce dernier serait présent, mais il faut bien aller voir, sinon elle ne le serait tout simplement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 5 Fév - 2:14

La porte fermée, il se retourna et.... tomba nez contre nez sur Timonstre !

Ah ! mais... que....

Apro en resta bouche bée, il ne comprenait plus rien ! Timonstre, toute aussi surprise de le voir si soudainement sortir au moment où elle allait toquer à sa porte poussa un cri de surprise

HAAAAAAA.....

A peine remis de leur émotions, les deux amis tombèrent dans les bras l'un de l'autre en riant. Apro rouvrit la porte et invita son ami à entrer,


Mais que fais tu là ? je venais te trouver à Dieppe suite à ton dernier pigeon.... dit-il en servant deux verres de calva du père Lagrogne

Tu venais me voir ? mais.... La jeune femme ne comprenait rien, elle se souvenait pourtant clairement lui avoir dit qu'elle venait à Fécamp pour le baptême de sa sœur Geunièvres, et qu'elle ne tenait plus en place à cette idée...

Mais... c'est moi qui te disais que je venais ! Là, elle se demandait si Apro n'abusait pas du calva, à vivre seul ici...

Apro lui expliqua l'histoire du message déchiqueté par les pigeons et ce qu'il en avait compris des bouts qu'il avait retrouvé. Ils rirent de bon cœur, finissant la bouteille de calva sans s'en rendre compte.


Viens je te fais visiter la maison... Il l'emmena à travers la maison, de la boulange aux chambres, en passant par le grenier qui se transformait en abri à pigeon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
timonstre

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Localisation : Dieppe
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 5 Fév - 4:48

Timonstre avait vraiment été surprise en le voyant sortir, mais elle fut tellement ravis de le voir... Un bon verre de calva, comment une tavernière digne de se nom pouvait y résister de toutes façon. L'histoire du pigeon terminée, il lui fit donc faire le tour du propriétaire, ce qui la fit sourire...

J'aime bien ta maison cher ange et je suis vraiment très contente de te voir, mais je dois retrouner rapidement à Dieppe, tu sais bien que je ne peux pas m'absenter bien lontemps avec toute les charges que j'assume...

Il était vrai qu'elle ne pouvait s'absenter lontemps, elle avait la charge d'être infirmière pour L'OST, sergent de maréchaussée, tavernière du Calva, représentant pour les tisserands et les éleveurs de moutons et elle en passait, elle devait donc retourner rapidement.

Mon cher ange et ami que dirais-tu de me reconduire chez-moi ça me ferait vraiment très plaisir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 6 Fév - 1:44

Te reconduire chez toi...? avec plaisir, de toute façon j'y allais, ça me fera pas faire de détour...

Profitant de ce que son amie était infirmière, il se fit examiner la main amputée, refaire les pansements... en y prenant un malin plaisir.
Pour la remercier, il sorti une nouvelle bouteille de calva....

La matinée était bien entamée, ils se mirent en route, l'air joyeux, l'esprit embué de calva....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Sam 16 Fév - 2:52

Voilà enfin de retour chez soi, Apronianius en éprouvait une certaine joie, même si ces quelques jours passés à Dieppe avec Timonstre, Retsam et ses amis avaient été fort agréable.

Il les avaient laissé chez Galahad, un ami de Retsam ... le monde était vraiment et étrangement petit, il se dit qu'il les rejoindrait plus tard. Apro était rentré directement chez lui, il avait laissé quantité de sac de farine et craignait que la vermine se charge de les débarrasser.

Il entreprit alors d'allumer le four et de préparer sa pâte... bientôt une nouvelle fournée sortirait de son four .

Après quelques verres de calva, eh oui, travailler à côté d'un four en marche donne soif... Il monta au grenier, voir si de nouveau pigeon étaient arrivé, de sa nièce, ou d'Orazio...

Mais aucun pigeon n'était là, aucune nouvelle de sa nièce, lui en voulait-elle au sujet d'Orazio ? et pas de nouvelle de lui non plus, serait-il déjà arrivé en Bretagne ?

Toutes ses questions le travaillait, il les avait presque oublié durant son séjour à Dieppe. Du coup, il s'installa sur un coin de table et vida la bouteille de calva, lentement, se perdant en conjonctures... Il ne vit pas le sommeil l'attraper et s'écroula le nez sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline

avatar

Féminin Nombre de messages : 183
Age : 43
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 17 Fév - 22:06

Laureline passait devant chez Apronianius pour se rendre aux champs.

Oh quelle odeur ,mais ça sent le brûlé ....Elle se rendit compte que ça venait de chez Apro .

Laureline alla de suite tambouriner à la porte ...

Apro,tu es là ? ......c'est Laureline

Laureline attendit que Apro vienne lui ouvrir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 18 Fév - 1:36

Des bruits sourds résonnaient dans sa tête, comme si quelqu'un tapait à la porte de sa conscience. Il releva la tête, ouvrit un œil et fut de suite assailli par une odeur acre, comme quand quelque chose brule.....

Il fit un bond, la fumée commençait en envahir la pièce, et se retrouva à la porte qu'il ouvrit d'un grand coup, sans penser que Laureline était derrière.

La jeune femme continuait de tambouriner, emportée par son élan, elle asséna un coup de poing en plein nez d'Apro, qui se retrouva cul par terre sous l'impact et la surprise.

La fumée continuait de se dégager dans la pièce, s'échappant en larges volutes par la porte ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline

avatar

Féminin Nombre de messages : 183
Age : 43
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 18 Fév - 15:10

Laureline tambourinais sur la porte et ne vit pas celle-ci s'ouvrir.Elle s'aperçut qu'elle tapait dans le vide.Elle baissa les yeux et vit Apro assis par terre le nez en sang.

Oh Apro,que t'arrive t'il ...tu as le nez en sang ??
oh là là...Mais ...mais ...qu'est ce que j'ai fait ...
Je t'ai mis un coup de poing sur le nez...Embarassed

Viens ,allons dans la cuisine je vais te soigner.

Elle aida Apro à se relever et le suivit dans la cuisine.

Oh quelle fumée ! !!

Laureline alla éteindre le four et sorti les miches de pain qui étaient un peu carbonnisées.
Very Happy Laureline et Apro toussotaient ,elle sempressa d'aller ouvrir les fenêtres .
Puis elle fit assoir Apro qui se pinçait le nez et lui inclina la tête. Le sang avait arrêté de couler.
Il regarda sa fournée de pain...déçu.Il devait recommencer .

Ben... je crois que tu peux recommencer une nouvelle fournée de pain
Pour me faire pardonner de t'avoir frappé ,je vais t'y aider.

Apro et Laure préparerent une nouvelle fournée de miches de pain.
Pendant que les pains cuisaient,Apro fit assoir Laureline et lui servit un verre de calva.

Je vais rester avec toi pendant que tes pains cuisent ..s'y jamais tu t'endormais encore ...
Smile

Et puis comme ça j'aurais peut être les deux miches de pain qu'il m'a promis ....pensa Laureline.
Rolling Eyes

Elle resta là ,à bavarder avec Apro en attendant la nouvelle fournée de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 19 Fév - 2:09

Il avait fallu refaire une fournée ... Les miches carbonisées n'étaient pas en vogue à Fécamp, nulle part ailleurs non plus ... Les pigeons dadns le grenier allaient être à la fêtes ...

Une fois la nouvelle fournée au four, et cela grâce à Laureline, il l'invita à prendre place à table et déboucha une bonne bouteille de calva, une que lui avait donnée Alexandrine, l'autre soir à la taverne.


Laure, mon amie, voilà la deuxième fois que tu viens à mon secours ... Je ne sais comment te remercier . Mais la prochaine fois, si tu peux essayer de pas me casser le nez ...

Ils rigolèrent de bon cœur ... se resservant du calva, comme d'autres auraient bu lait ...

Je sais, pour te remercier, la moitié de la fournée est à toi ... Non ne proteste pas, sans toi il n'y aurait pas eu de fournée du tout, alors que là j'ai une demi fournée, ça fait beaucoup plus ...

Laure était gênée d'accepter, mais sur l'insistance d'Apro, elle ne pu refuser . Une bonne odeur, cette fois, s'échappait du four ...

Une chance que tu passais devant chez moi à ce moment là ! ... que ferai-je sans une voisine comme toi, là quand il faut ... Je suis tellement maladroit ...

Il n'avait guère eu le temps de la regarder pour ce qu'elle était, lors de leur première rencontre, une jeune femme charmante et avenante ... Il posa sur elle un regard pensif ... Aristote l'aurait-il mis sur sa route ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ristori

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 19 Fév - 2:22

Le pigeon avait parcouru rapidement la distance entre St brieuc et Fécamp. et oui le froid ça fait aller vite......
Il arriva devant la maison d'Apro et s'enfila dans la demeure par la fenetre ouverte. il y avait un peu de brouillard et fini sa course au dessus de la cheminée où cuisait une fournée.

Apro et la jeune dame qui bavardaient sursautèrent en entendant ce bruit. Ils se demandèrent ce que pouvait être ce bruit. Apro s'approchant de la fenêtre aperçu le pigeon par terre assomé. Il le prit et remarqua le parchemin à la pate du pigeon. C'était peût être Orazio ou sa nièce.

Devant l'exitation qui lui vint, il manqua d'arracher la pate à la pauvre bête. Il réussit à prendre le parchemin.

Citation :
Mon cher oncle Apro,
Voilà plusieurs jours que je voulais te répondre mais avec ma grossesse qui arrive à terme, j’ai terminé la chambre du bébé et avec la fatigue je me repose beaucoup. Mais je ne t’oublie pas….
Dans ta dernière lettre, tu disais que Papa te tenait. Pourquoi ? que c’était-il passé ? Tu sais que je lui en ai voulu alors je peux bien savoir ce qu’il s’est passé. Je t’ai toujours considéré comme mon père.

Orazio vient à St Brieuc ? Tu ne m’avais jamais dit que tu avais gardé contact avec lui______________________________

Messire, votre nièce ne peut terminer elle même cette lettre. Le bébé ayant décidé de l'en empêcher. Elle a donné naissance après quelques difficultés à une jolie petite fille qu'on a appelée Gwenäelle. Toutes le deux se portent très bien.
J'espère vous voir bientot, Ris me parle tellement de vous.
Jmdoudou, heureux papa et heureux époux de votre nièce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline

avatar

Féminin Nombre de messages : 183
Age : 43
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 20 Fév - 1:25

Laureline et Apro vidérent la bouteille de calva pendant que les pains cuisaient.Son verre à peine vidé que Apro le remplissait de suite...
Une bonne odeur commença à envahir la pièce ...

humm *hips* que ça *hips*sent bon !


Les pains sortis du four,Apro en offra la moitié à Laure.

Laure dû accepter bien malgré elle ,elle en était gênée.Embarassed
Les pains avaient l'air si appétissant que Laure ne put s'empêcher d'en prendre un .Elle dégusta son pain ..Humm ...délicieux ! ...puis elle en reprit un deuxième ... un troisième...Apro lui resservit encore du calva pour accompagner son repas.
Ils sursautérent tout à coup en entendant un bruit...ah !ce n'était qu'un pigeon.
Apro prit de suite le parchemin qu'il avait reçu et commença à lire.
Laure espérait que ce ne soit pas une mauvaise nouvelle.
Mais elle vit Apro sourire...Sa nièce avait mit au monde une petite fille !

Quelle bonne nouvelle, ça s'arrose ça ! Je vais vite chercher du calva chez moi ,je revient !

Laure revient les bras chargés.
Ils vidérent des bouteilles de calva,Laure se demandait comment elle allait faire pour rentrer chez elle ...ce n'est pas Apro qui va me raccompagner il est dans un étât pire que moi ....pensa Laureline .Il commençait à s'endormir sur la table.

Je vais*hips* te laisser ,je te *hips*remercie pour*hips* les miches de pain*hips*.. excuse moi encore*hips* pour le coup de poing .
J'ai passé un bon*hips* moment en ta *hips* compagnie.

Laure salua Apro et lui fit la bise.Elle sortit de chez Apro en titubant et
rentra chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 20 Fév - 1:50

Apro regarda Laure partir en titubant, il l'aurait bien raccompagné, mais pour cela il aurait fallu qu'il ait des jambes en état de marche !

Il sentait le sommeil le gagner, plutôt une euphorie singulière qui lui écrasait le cerveau, empêchant toute pensée et toute action de se faire .
Les images se mêlaient les unes aux autres ... Il voyait sa nièce, le ventre énorme, rouler et renverser des bouteilles de calva ... Le pigeon, sur la table, en face de lui, avait la tête de Laure et il le regardait se dandiner sous son nez, des messages roulés attachés sur tout le corps .... Une petite fille sautait partout ...

Sa tête tomba d'un coup sur la table, on aurait pu croire qu'il était mort ... mais un ronflement régulier le trahissait ...


RRRRRR...ZZZZZZZZZZZZ .....brrrrrrrr..............RRRRRR...ZZZZZZZZZZZZ .....brrrrrrrr

le bruit enfla, enfla ... il s'entendait jusque dans la cour de la ferme ..

RRRRRR...ZZZZZZZZZZZZ .....brrrrrrrr .......................RRRRRR...ZZZZZZZZZZZZ .....brrrrrrrr....................RRRRRR...ZZZZZZZZZZZZ .....brrrrrrrr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ristori

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: La grande salle   Jeu 21 Fév - 20:51

[i]un nouveau pigeon arriva de bretagne et trouva son ami à moitié assomé devant la cheminée.
Il avait à sa pate un message accroché


Citation :
Mon cher oncle,
Je m’excuse pour le retard avec lequel je te réponds. J’avais commencé l’autre jour à t’écrire mais j’ai été interrompue.
Je t’écris donc cette nouvelle lettre avec à mes cotés ta petite nièce, la petite Gwenäelle qui est née ce dimanche 17 février. Elle est magnifique, elle a un petit air d’Alessandra.

Dans ta dernière lettre, tu disais que Papa te faisait taire. Pourquoi faisait-il cela ? que c’était-il passé ? J’ai le droit de savoir.
Alors Orazio veut venir à St Brieuc. Que lui as-tu dit de moi ? il sait que je suis mariée ? que j’ai des enfants ?

Réponds à toutes ses questions mon oncle. Une dernière : quand viens-tu me voir ? j’ai tellement envie de te voir.

Je t’embrasse mon oncle
A très vite
Ta nièce chérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Jeu 28 Fév - 0:52

Plusieurs s'écoulèrent, avant qu'Apro finisse par relevé la tête de la table. Son crâne abritait tous les forgerons de Fécamp, et les bougres s'en donnaient à cœur joie.
Il aperçu un nouveau pigeon, un message ...




Citation :

Ma chère nièce,

Je suis trés heureux d'apprendre que tu es à nouveau mère et comblée, quel joli prénom que Gwenäelle. J'ai hâte de pouvoir venir vous voir, mais en ce moment c'est la loi martiale sur toute la Normandie. Dès qu'elle sera levée, je me mettrais en route... à moins que tu ne me le demandes plus.

Pour Orazio, je crains fort qu'il ne soit allé directement à saint brieuc, sans passé me voir, il aurait déjà dû être là, à moins qu'il n'ait eu quelques mésaventures en route.
Il ne sait rien de toi, enfin depuis des années maintenant, je ne lui est jamais parlé de ton mari, ni de celui que tu as maintenant, ni du précédent ...

Maintenant que tu risques de le rencontrer avant moi, il faut que tu saches certaines choses.
Lorsque ton père à commencer à me faire chanter, ce n'a pas été pour que je me taise lors de ton mariage, mais pour que je le conduise à la demeure de la famille d'Orazio. Il avait dû apprendre vos jeux d'adolescents, Je ne me suis pas méfié ... mais le lendemain, la veille de ton mariage, la milice est venue arrêter Orazio. J'ai appris par la suite qu'il avait été enfermé dans les geôles de Florence. Voilà un an qu'il s'est évadé et vivait caché dans un monastère.
Il ne sais pas pourquoi il a été arrêté, moi je n'ai que ma conviction, mais je n'ai jamais réussi à avoir la preuve de l'implication de ton père.

Comment aurais-je pu imaginer toutes ses conséquences, voilà bien longtemps qu'il n'y a plus que le calva qui m'aide à dormir.
Soit patiente avec lui, il a changé.

Prends bien soin de toi et de ta famille
Ton oncle
Apro


Il relut la lettre de sa nièce, puis la sienne, il aurait encore à répondre à des questions, il le savait.

Il roula son message à la patte du pigeon et le regarda s'envoler.

Une dernière bouteille de calva trainait sur la table, il s'en servit un verre ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apronianius

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 4 Mar - 5:15


Quelque peu enivré, encore, il emmena les pigeons au grenier, leur laissant un sac de graines, ramassa sa besace, et y glissa une miche de pain. Demain il serait à Dieppe ...
Voir son amie Timon lui ferait du bien, elle était de bon conseil et sa joie le forçait à oublier ses craintes.

Un jour il irait revoir sa nièce, quand il serait prêt pour lui avouer ses erreurs. Quand il aura pu se pardonner ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande salle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande salle
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» MI5 ? Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ? SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville de Fécamp :: Les Maisons des Habitants :: Chez Apronianius-
Sauter vers: